Il y a quelques jours il tenait un discours assez sévère contre les "couacs" au sein de son gouvernement, aujourd'hui c'est lui qui "dérape" en court-cicuitant le Conseil constitutionnel. Avec quelles conséquences ? Brice Teinturier, de l'institut IPSOS.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.