Jean-Marie Le Pen et Marion Maréchal Le Pen
Jean-Marie Le Pen et Marion Maréchal Le Pen © Alain Robert/Apercu/SIPA

Le président d'honneur du Front National renonce donc à provoquer une scission au sein de son parti et désigne, entre les lignes, pour le remplacer, sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen .

"Bien que je pense que j'étais le meilleur candidat pour le Front national [...] si je dois sacrifier à l'avenir du mouvement, je ne serai pas celui qui lui causerait le dommage", a déclaré le co-créateur du FN au Figaro, qui était menacé d'être privé de l'investiture FN à l'issue d'une semaine d'âpres disputes avec sa fille et la direction du Front national qui ont suivi ses déclarations à Rivarol.

Âgé de 86 ans, Jean-Marie Le Pen s'est publiquement affronté à sa fille et présidente du parti la semaine dernière. Marine Le Pen avait jugé qu'il serait "sage" de la part de son père de se retirer, tout en engageant contre lui une procédure disciplinaire après ses propos à l'hebdomadaire d'extrême droite, dans lequel il multiplie les provocatiosn et défend notamment Pétain.

Si ce n'est plus lui, c'est sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui serait, selon lui, "la meilleure tête de liste" :.

Si Marion Maréchal-Le Pen accepte, je pense qu'elle serait une tête de liste très performante. Certainement, la meilleure, je ne vais pas dire après moi, mais quand même.

Selon le Point, Marion Maréchal-Le Pen a accepté la tête de liste FN en PACA. Mais quelques minutes avant Bruno Gollnisch s'était à son tour déclaré candidat à l'investiture FN pour les régionales en Provences Alpes Cote d'Azur.

La direction du parti devra donc trancher vendredi 17 avril, lors d'un bureau politique consacré aux régionales.

Une solution qui semble soulager la famille Le Pen et le parti tout entier

L'analyse de Nasser Madji

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.