jean-marie le pen répond à sa fille après l'affaire de la "fournée"
jean-marie le pen répond à sa fille après l'affaire de la "fournée" © reuters

Le président d'honneur du Front national s'est attiré les foudres de sa fille et de son parti après une interview controversée à l'hebdomadaire d'extrême-droite Rivarol. Marine Le Pen parle de "suicide politique", Florian Philippot évoque une rupture "totale et définitive".

Jean-Marie Le Pen vit-il ses derniers instants comme membre du Front national ? Depuis que sa fille Marine a pris les rênes du parti en 2011, le leader historique est devenu petit à petit une épine dans son pied. Jusqu'à cette interview à Rivarol, où il dit n'avoir "jamais considéré Pétain comme un traître" et autres dérapages.

Des dérapages totalement contrôlés, selon Marine Le Pen, qui annonce dans un communiqué qu'elle s'opposera à la candidature prévue de Jean-Marie Le Pen aux régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur, évoquant une "stratégie de la terre brûlée", un "suicide politique".

Son statut de Président d’honneur ne l’autorise pas à prendre le Front National en otage, de provocations aussi grossières dont l’objectif semble être de me nuire mais qui, hélas, portent un coup très dur à tout le mouvement, à ses cadres, à ses candidats, à ses adhérents, à ses électeurs.

"Rupture totale et définitive"

Au-delà de l'indignation proclamée haut et fort, la présidente du Front national semble prévoir des sanctions. Elle annonce en effet la convocation d'un bureau exécutif de toute urgence pour statuer sur la place de son père au sein du parti.

Jean-Marie Le Pen pourrait-il perdre plus que son investiture ? C'est en tout cas ce que l'on peut imaginer en voyant une autre réaction, celle du vice-président du FN, Florian Philippot. Il évoque "une rupture politique totale et définitive".

De son côté, Steeve Briois estime que c'est le dérapage de trop

Un point de vue que tout le monde ne partage pas au FN. Bruno Gollnisch, proche du président d'honneur, estime lui qu'il n'y a "aucune raison de [le] sacrifier" au nom "d'une diabolisation artificiellement entretenue, ni de maintenir un climat de tension que chercheraient à nous imposer nos adversaires".

Pour Bruno Gollnisch, l'interview de Jean-Marie Le Pen ne contient rien de particulièrement choquant

Reste que Jean-Marie Le Pen fait de plus en plus consensus contre lui-même. La semaine dernière, c'est Gilbert Collard qui s'était désolidarisé publiquement de l'ancien dirigeant après de nouveaux propos sur les chambres à gaz. Ce dernier l'avait alors copieusement insulté sur Twitter. Quand il s'agit de la famille Le Pen, le petit oiseau bleu ne porte définitivement plus de rameau d'olivier.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.