Jean-Marie Le Pen monté de lui même à la tribune du 1er mai
Jean-Marie Le Pen monté de lui même à la tribune du 1er mai © MaxPPP/IP3/Morin Isore

Jean-Marie Le Pen accuse sa fille de "félonie" après avoir été "suspendu" lundi de son statut d'adhérent par l'instance disciplinaire du parti. Une assemblée générale devra décider "dans les 3 mois" la suppression de son statut de président d'honneur.

Chef historique du Front national pendant près de 40 ans, Jean-Marie Le Pen a contre-attaqué lundi soir, après avoir été suspendu par les instances du parti d'extrême droite, en dénonçant une "félonie" de sa fille Marine Le Pen a qui il a demandé de lui "rendre son nom" :

Je dois dire que j'ai honte que la présidente du Front national porte mon nom et je souhaiterais d'ailleurs qu'elle le perde le plus rapidement possible. Elle peut le faire soit en se mariant avec son concubin, soit peut-être avec Monsieur Philippot ou avec quelqu'un d'autre. Moi je ne souhaite pas que la présidente du Front national s'appelle Le Pen. Qu'elle fasse campagne sous le nom de Marine Aliot, ou Marine Philippot, puisqu'elle traite son père et le président du Front national de façon absolument scandaleuse.

Jean-Marie Le Pen a aussi prévenu les instances du FN qu'"ils doivent s'attendre à tous les moyens" et recours. "Ce n'est pas impunément qu'on m'attaque, même dans le dos".

Le Président d'honneur du FN se prévaut du soutien des adhérents frontistes, notamment le 1er mai lorsqu'il s'est invité sur la tribune, juste avant que sa fille ne s'exprime :

Ca a été vu l'autre jour lorsque je me suis présenté place de l'Opéra. J'ai rassemblé un accueil sans équivoque. Je n'ai pas volé ce soutien, je ne l'ai pas reçu en héritage non plus.

En début d'après-midi, lundi, Jean-Marie Le Pen avait choisi de ne pas assister au bureau exécutif de son parti, réuni en instance disciplinaire pour statuer sur son cas, en indiquant qu'il refuserait de participer à l'instance qui doit décider de son sort et qu'il a apparentée à un tribunal, contraire à sa dignité.

Jean-Marie Le Pen

Le président fondateur du FN estime que c'est contraire à sa signité de se présenter devant une assemblée disciplinaire

0'42

J'ai été désavoué

Un 1er mai décidément mouvementé pour la famille Le Pen

D’abord, il y a eu le traditionnel défilé du Front National, en mémoire de Jeanne d’Arc à Paris, vendredi. Jean-Marie Le Pen était prié de rester sage et muet. Le fondateur du parti n’aura qu’à moitié obéi. Certes il n’a pas laissé échapper de petite(s) phrase(s) au micro des journalistes, mais le patriarche s’est tout de même invité tout seul à la tribune juste avant le discours de sa fille, présidente du parti.

Les derniers actes de Jean-Marie Le Pen sont totalement inadmissibles

Jean-Marie Le Pen aura donc quand même eu son ovation par les militants frontistes, mais sans faire d’esclandre en public. Voulait-il calmer les tensions entre lui et sa fille ? Peut-être. Mais ce n’est visiblement pas son cas à elle. Invitée d’Europe 1 ce dimanche 03 mai, Marine Le Pen est revenue sur les derniers propos polémique de son père dans les médias. "J’ai le sentiment qu’il ne supporte pas que le Front National continue d’exister alors qu’il n’en a plus la direction " dit la nouvelle patronne du parti. "Les derniers actes qui ont été les siens sont à mon avis totalement inadmissibles."

__

"Moi je les ressens comme une malveillance, à l’égard du FN et à mon égard , rajoute Marine Le Pen. S’il veut garder sa liberté de parole, c’est son libre choix, mais dans ces conditions il ne faut pas que ses propos engagent notre mouvement politique. A la question "peut-il continuer à parler au nom du Front National ?", ma réponse est non."

Selon Lorrain de Saint-Affrique, ex-conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen dans les années 1990, Marine Le Pen est obligée d'écarter son père du parti si elle veut avancer :

Marine Le Pen se trompe sur les intentions de son père quand elle pense qu'il s'agit de malveillance. En revanche, elle a raison sur un point : il essaie de la ralentir. Mais cela part d'une analyse politique, pas d'une frustration de vieillard. Jean-Marie Le Pen pense que le FN d'aujourd'hui n'est pas en mesure de résister à la concurrence du 'système'.

1'04

Lorrain de Saint-Affrique : "Jean-Marie Le Pen essaie de ralentir la présidente du FN"

Jean-Marie Le Pen risque-t-il d'être exclu du parti qu'il a lui même fondé ? Réponse ce lundi donc, après son passage devant les juges du bureau exécutif du FN.

La dynastie FN
La dynastie FN © idé
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.