Jean-Marie Le Pen est monté quelques instants à la tribune mais n'a pas pris la parole.
Jean-Marie Le Pen est monté quelques instants à la tribune mais n'a pas pris la parole. © Reuters

"Chacun est à sa place" a dit le fondateur du parti Front National en marge du traditionnel défilé du 1er mai. Jean-Marie Le Pen, pourtant clairement fâché avec sa fille, n'est pas sorti du (deuxième) "rang".

Jean-Marie Le Pen a visiblement décidé de ne pas faire de vague cette fois. Le président d’honneur et fondateur du Front National, en pleine rupture avec sa fille, est resté à la place qu’on lui avait attribuée ce vendredi matin, pour le traditionnel défilé du 1er mai du FN. C’est-à-dire : à l'arrière. Cette année, Marine Le Pen a effectivement décidé de reléguer le patriarche au fond, pour s’entourer, à la place, des 62 nouveaux conseillers départementaux, élus en mars.

Il a déposé, tout seul, une gerbe de fleurs devant la statue de Jeanne d’Arc

En fait le patriarche n’aura même fait que de brèves apparitions. Jean-Marie Le Pen, en manteau rouge, un brin de muguet à la boutonnière, a serré quelques mains en arrivant, puis a déposé une gerbe de fleurs, de son côté, quelques minutes après sa fille, devant la statue de Jeanne d’Arc. Tout de suite après, le fondateur du FN est rentré à l’hôtel en attendant que le cortège n'arrive place de l’Opéra pour le discours de sa fille. Là Jean-Marie Le Pen est monté quelques instants sur la scène, saluer la foule. C'est la seule image, du père et de la fille réunis dans ce défilé.

Faire redescendre les tensions avant la sanction ?

Jean-Marie Le Pen semble donc jouer l’apaisement, lui qui est convoqué dès lundi, le 4 mai, devant le bureau exécutif du parti pour ses propos polémiques dans l’hebdomadaire d’extrême droite Rivarol le mois dernier. Ceux-là même qui avait fortement contrarié sa fille et actuelle présidente du parti. Cela lui a déjà valu de ne pas être nommé tête de liste du parti pour les élections régionales en PACA. Lundi, la commission de discipline du FN pourrait alourdir encore sa peine.

Des FEMEN s’invitent

Mais il n'y a pas que la brouille familiale au FN qui a perturbé ce 1er mai. Des militantes féministes du mouvement des FEMEN se sont aussi invitées à la fête. D'abord, deux d'entre elles ont réussi à se faufiler, seins nus, au milieu de la cérémonie du dépôt de gerbe devant la statue de Jeanne d’Arc. Le service de sécurité les a malgré tout très rapidement éloignées, les empêchant de prendre la parole.

Des collègues ont réitéré avec succès cette fois, en montant à un balcon de la place de l'Opéra où Marine Le Pen prononçait son discours, interrompant la présidente pendant cinq bonnes minutes avant d'être évacuées violemment . Sept personnes ont été interpellées pour être entendues. Les trois FEMEN du balcon, un de leurs accompagnateurs et trois membres du service d'ordre du Front National.

Les Femen perturbent le discours de Marine Le Pen
Les Femen perturbent le discours de Marine Le Pen © Radio France / Marion Chantreau
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.