La manifestation très hétéroclite de "jour de colère" à Paris
La manifestation très hétéroclite de "jour de colère" à Paris © MAXPPP/Xavier de Torres

17.000 personnes -160.000 selon les organisateurs- ont défilé à Paris contre la politique de François Hollande à l'appel du collectif "Jour de colère" pour s'opposer pêle-mêle au mariage homosexuel, à l'écotaxe ou encore pour soutenir l'humoriste Dieudonné.

Au cri de "non au mariage homo", "La France aux Français", "bleu blanc rouge !","Europe sécession, la France est une Nation" des militants de la "Manif pour Tous" et des "bonnets rouges", une cinquantaine d'associations parfois inconnues et aux revendications hétéroclites ont apporté leur soutien au collectif.

Une partie des manifestants était casquée ou portait des foulards pour masquer leur visage. Des slogans anti-Israël, ou "CRS, police des juifs", ont été entendus. Des journalistes accusés d'être des "collabos" ont été pris à partie le long du parcours de la manifestation. Quelques centaines de sympathisants de Dieudonné criaient "Liberté d'expression".

A la fin de la manifestation, des porte-parole de la manifestation ont demandé au Parlement d'entamer une procédure de destitution du Président de la République.

Le reportage d'Antoine Giniaux

Les organisateurs ont tenté sans succès de structurer un cortège qui allait des catholiques intégristes aux partisans de Dieudonné. Ce que Cassandre, l'une des organisatrice appelle "la coagulation de toutes les colères des français".

Cassandre interrogée par Sébastien Paour

Béatrice Bourges entame une grève de la faim

L'une des égéries du "Printemps français" Béatrice Bourges, a annoncé à la fin de la manifestation qu'elle commençair "dès ce soir une grève de la faim jusqu'à la destitution du président François Hollande". Elle a précisé qu'elle allait camper sous une tente à côté du Mur pour la Paix, au Champ-de-Mars, près de la Tour Eiffel.

Des heurts à la fin de la manifestation

A l'arrivée du cortège, des heurts ont opposé les forces de l'ordre à des centaines de jeunes masqués qui ont lancé des projectiles, bouteilles, pétards, barres de fer, poubelles et fumigènes contre les forces de l'ordre, alors qu'une partie de la foule criait: "La France aux Français, bleu blanc rouge !", prévenant: "Ça va péter, ça va péter".

Les forces de l'ordre ont répliqué par des tirs de gaz lacrymogènes. La place Vauban, vers laquelle ont convergé les manifestants, a été bouclée par les CRS. La police a procédé à 150 interpellation.

Mots-clés :
Articles liés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.