Comment l'archi-favori de ce scrutin a-t-il pu perdre cette élection, qui semblait à portée de main, dans la dernière ligne droite ? Et s'il s'était trompé d'enjeu ?

Alain Juppé et François Fillon au soir du second tour de la primaire
Alain Juppé et François Fillon au soir du second tour de la primaire © Maxppp / Nicolas Kovarik

Pendant deux ans, Alain Juppé a fait la course en tête. De son annonce de candidature à la primaire en août 2014 à la dernière semaine de campagne, juste avant le premier tour, le maire de Bordeaux a semblé indétrônable. Le problème, c'est qu'il s'est enfermé dans un face-à-face qu'il croyait écrit avec Nicolas Sarkozy.

Résultat : il a oublié qu'il y avait d'autres candidats, tout à son rôle de rassembleur avant l'heure... Il n'a plus pensé à décortiquer les programmes de ses autres concurrents. Voilà comment Alain Juppé a fait "sa" campagne, celle de "l'identité heureuse", comme il le souhaitait : droit dans ses bottes. Il était impossible pour celles et ceux qui étaient autour de lui dire quoi que ce soit.

Cet échec, c'est le sien. D'ailleurs il l'assume comme tel. Après 40 années de vie politique, Alain Juppé n'aura décidément jamais réussi à créer un lien durable avec les Français.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.