Figure de la droite, sarkozyste de la première heure, le président des Hauts-de-Seine est décédé dans la nuit de samedi à dimanche. Patrick Devedjian avait 75 ans.

Patrick Devedjian, en novembre 2019
Patrick Devedjian, en novembre 2019 © Maxppp / Vincent Isore

"Je suis touché par l'épidémie, donc à même de témoigner directement du travail exceptionnel des médecins et de tous les personnels soignants". Dans un message publié jeudi sur Twitter, Patrick Devedjian annonçait avoir été contaminé par le coronavirus. La maladie lui aura été fatale : l'ancien ministre, âgé de 75 ans, est mort, a annoncé ce dimanche le conseil départemental des Hauts-de-Seine, qu'il présidait depuis 2007.

Ancien député, porte-parole du RPR de 1991 à 2001, secrétaire général de l'UMP, Patrick Devedjian avait aussi occupé plusieurs postes ministériels dans les années 2000 sous les présidences de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Une figure de la droite 

Né à Fontainebleau (Seine-et-Marne), fils d'un réfugié arménien, Patrick Devedjian démarre sa carrière politique du côté de l'extrême droite : il adhère en 1964 au groupe Occident, aux côtés d'Alain Madelin, Hervé Novelli et Gérard Longuet. 

En 1970, il devient avocat au barreau de Paris. Parmi ses clients : Charles Pasqua et Jacques Chirac. Patrick Devedjian se rapproche alors du mouvement gaulliste et participe à la création du RPR. Anticommuniste, il remporte en 1983 la mairie d'Antony (Hauts-de-Seine) et conserve son siège jusqu'en 2002. En 1986, il est élu député. 

Patrick Devedjian est nommé deux fois ministre sous la présidence de Jacques Chirac (aux Libertés locales puis à l'Industrie). "Je suis le premier sarkozyste du gouvernement", claironne-t-il alors. Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, il entre au gouvernement pour s'occuper du plan de relance lancé en réponse à la crise financière.

En septembre 2007, trois mois après avoir pris la tête du département des Hauts-de-Seine, il est élu secrétaire général de l'UMP

"Des sentiments, des convictions, du panache", selon Nicolas Sarkozy

Sur Twitter, Nicolas Sarkozy a rendu hommage à un "homme passionné, entier, sincère, engagé". "Il incarnait la politique comme je l'aime, avec des sentiments, des convictions, du panache", écrit l'ancien président de la République.

Valérie Pécresse, présidente LR de la région Ile-de-France, a quant à elle évoqué sur France Inter "un avocat flamboyant, très bon orateur" au sens de l'humour féroce. "Il pouvait avoir la pique vengeresse". Patrick Devedjian était aussi selon elle "l'un des hommes de droite qui avait le plus au coeur la question des migrants".

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.