A Nouméa
A Nouméa © CC Jason Meaden

Au moment où la Nouvelle Calédonie est en proie à une nouvelle crise politique, Claude Bartolone en visite sur le caillou a réaffirmé l'impartialité de l'Etat alors qu'une partie de la droite avait appelé à manifester pour dénoncer "la marche forcée vers l'indépendance des socialistes".

Lors d'une séance solennelle au Congrès de l'archipel, le président de l'Assemblée nationale a déclaré que :

L'Etat ne se désengage pas de ce processus, ni ne s'en désintéresse. Son premier rôle est de s'assurer que les conditions du dialogue sont réunies et sincères.

Au même moment, des milliers de personne manifestaient devant les grilles du haut-commissariat de la République à l'appel de deux formations de droite affiliées à l'UMP, pour dénoncer d'une part "le largage programmé de la Nouvelle-Calédonie" et d'autre part "la partialité de l'Etat socialiste".

Alors que les deux grandes familles politiques calédoniennes sont en proie à de vives querelles internes, Claude Bartolone a exhorté les élus locaux "à assumer la responsabilité historique" qui leur incombe à l'approche de la sortie de l'accord de Nouméa.

L'avenir institutionnel de la Nouvelle Calédonie reste flou, malgré l'accord de Nouméa

Signé en 1998 entre l'Etat, les non-indépendantistes et les indépendantistes, cet accord a mis en œuvre une décolonisation par étapes du territoire, avec au plus tard en 2018 un référendum d'autodétermination (indépendance ou maintien dans la République française) entre 2014 et 2019.

Point d'achoppement : la constitution des listes électorales. Dans son projet de loi le gouvernement prévoit une inscription automatique pour deux catégories d’électeurs : ceux admis à participer à la consultation du 8 novembre 1998 et ceux relevant du droit coutumier. Les autres devront effectuer les démarches nécessaires. Ce que dénoncent les loyalistes, non indépendantistes, majoritaires au Congrès de la Nouvelle-Calédonie. Le fait que les natifs du Caillou soient obligés de fournir des justificatifs pour figurer sur la liste électorale spéciale.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.