[scald=82635:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - L'écart se resserre entre les quatre principaux candidats à l'élection présidentielle du printemps en France et le centriste François Bayrou poursuit sa progression avec 15% d'intentions de vote au premier tour, selon un sondage OpinionWay-Fiducial pour Radio Classique et Les Echos publié jeudi.

Le socialiste François Hollande arrive en tête avec 27% des voix, suivi par Nicolas Sarkozy, qui n'a pas encore officiellement déclaré sa candidature (25%).

Viennent ensuite la candidate du Front national, Marine Le Pen (17%), et le président du MoDem (15%), qui ne cesse de grimper dans les sondages depuis qu'il a annoncé sa candidature le mois dernier.

Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, arrive très loin derrière, en baisse, à 6%. La candidate écologiste Eva Joly (3%, -1 point) et le centriste Dominique de Villepin, stable à 2%, apparaissent eux aussi en petite forme.

Quant aux autres candidats, ils font de la figuration avec des scores compris entre 0,5% et 1%.

Dans le quatuor de tête, Nicolas Sarkozy gagne un point par rapport à la précédente version du même sondage, le mois dernier, confirmant qu'il se rapproche de François Hollande, qui est stable.

François Bayrou gagne lui aussi un point et peut se vanter d'un score supérieur à celui qui était le sien au même stade pour la présidentielle de 2007, qui l'avait vu décrocher la troisième position du premier tour avec 18,57% des voix.

Pour le second tour, en revanche, François Hollande conserve une large avance puisque le dernier sondage OpinonWay le crédite de 55% des voix contre 45% à Nicolas Sarkozy. Le candidat socialiste n'en fléchit pas moins quelque peu puisqu'en décembre, la même enquête le donnait gagnant avec 57% des suffrages.

Le sondage a été réalisé par internet les 10 et 11 janvier auprès d'un échantillon de 1.060 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, dont 967 inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas.

Patrick Vignal, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.