Ce samedi matin, au QG de la France Insoumise à Paris, se tenaient les premiers cours de l'école insoumise, un programme de formation gratuit et ouvert à tous. Deux heures très politiques, consacrées à la marchandisation de l'éducation.

Le logo de la France Insoumise (illustration)
Le logo de la France Insoumise (illustration) © Maxppp / IP3 PRESS/Clément Mahdoueau

"L'école de formation insoumise", c'est le nouveau programme de formation du mouvement de Jean-Luc Mélenchon, lancé ce samedi matin au siège de l'organisation, dans le quartier de Barbès à Paris. Gratuit et ouvert à tous, militants ou non, ce cycle de conférences vise à former les participants aussi bien au programme de la France Insoumise qu'aux aspects pratiques du militantisme. 

Militants et non-militants

Ce samedi, le premier cours était consacré à la marchandisation de l'éducation. Et devant une vingtaine de personnes, c'est un cours quasi magistral qu'a donné Paul Vannier, orateur de la France Insoumise : un exposé d'une heure et demie qui détaille et critique les réformes voulues par Emmanuel Macron et son ministre Jean-Michel Blanquer, du portail ParcoursSup à la réforme du bac.

Au quatrième rang, Reda, 19 ans, note tout méticuleusement sur son ordinateur. "Ça m'a permis d'approfondir un texte que je connaissais de loin ; maintenant, je suis plus à même de contre-argumenter avec des chiffres et des exemples précis du texte", explique-t-il. Si Reda est militant de la France insoumise, Samy, 52 ans, n'appartient à aucun parti, mais est venue chercher de l'info : "Je ne sais pas ce qu'il se passe dans les commissions, comment ça marche. Le fait de venir ici va me donner la possibilité de ne pas rester ignorante".

Nombreuses réactions

Simultanément, sur Internet où le cours était aussi diffusé en direct, de nombreux spectateurs réagissent, des lycéens notamment, ce qui réjouit Thomas Guénolé, co-responsable de l'école : "Ils sont d'accord ou pas avec nous, il n'y a pas de problème avec ça, mais on constate qu'il y a un véritable intérêt de leur part par rapport à ce que l'on dit, alors même que c'est un format long, et que nous sommes samedi matin", explique-t-il. 

En tout, quelque 20.000 personnes ont suivi le cours sur Internet. Le prochain rendez-vous est fixé le 10 mars : il sera question de la sortie du nucléaire. Et dans quelques semaines, des tutoriels de 20 minutes seront aussi mis en ligne. Des cours cette fois beaucoup plus pratiques : comment faire grève, comment militer sur les réseaux sociaux, etc. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.