Jusque-là, les professeurs fuyaient les Réseaux d'éducation prioritaire, les Rep et Rep+. Phénomène inédit : de plus en plus d'enseignants choisissent d'y rester.

Najat Vallaud-Belkacem a fait sa conférence de presse de rentrée, ce lundi
Najat Vallaud-Belkacem a fait sa conférence de presse de rentrée, ce lundi © Maxppp / Thomas Padilla

La réforme de l’éduction prioritaire "se passe bien". C’est ce qu’a martelé ce lundi Najat Valaud-Belkacem à l’occasion de la conférence de presse de la rentrée 2016. La ministre de l’Éducation nationale a également pu constater une baisse "inédite" des demandes de mutation des enseignants qui souhaitent sortir de l’éducation prioritaire : "Pour la première fois […] le chiffre est à la baisse : ils sont 70%", contre plus de 90% des demandes d’enseignants ces dernières années.

Par ailleurs, le ministère de l’Éducation a également relevé 12% de demandes de mutation de la part d’enseignants qui n’exercent pas dans l’éducation prioritaire pour y rentrer. "Jusqu’alors, le maximum atteint était de 6%" a précisé la ministre.

Comment expliquer ce succès ?

Les enseignants bénéficient de dispositifs particuliers. plus de maitre que de classe par exemple. Du temps de concertation rémunéré. Plus de moyens pour des projets culturels ou sportifs avec leurs élèves. Les classes sont moins chargées : pas plus de 25 élèves avec la possibilité de travailler en petits groupes.

Les professeurs sont également mieux payés. Ils reçoivent une indemnité annuelle brute de 1.700 euros en Rep, réseau d'éducation prioritaire, et de 2300 euros en Rep+. C'était 1.200 euros seulement auparavant. Et à partir de janvier prochain, les fins de carrière seront revalorisées pour ceux qui sont restés 8 ans en éducation prioritaire.

"Une immense victoire pour la qualité de l'enseignement"

Certes, ce chiffre de demandes de sortie reste, aux dires de la ministre, "trop élevé", mais Najat Valaud-Belkacem se réjouit des raisons de ce regain d’appétence pour les zones d’éducation prioritaire, signe d’une stabilité des équipes dans les régions et les territoires concernés, "une immense victoire pour la qualité de l’enseignement" dispensé à ces élèves.

Lors de sa conférence de rentrée, la ministre a également détaillé les moyens mis en œuvre pour lutter notamment contre le décrochage scolaire, et annonce de nombreuses créations de poste,