Joris Hébrard peut faire appel de cette décision devant le conseil d'État
Joris Hébrard peut faire appel de cette décision devant le conseil d'État © PhotoPQR/Provence

Le tribunal administratif de Nîmes (Gard) a annulé jeudi l'élection municipale du Pontet (Vaucluse) qui a permis en mars dernier la victoire de Joris Hébrard dans l'une des 10 villes gagnées par le Front national.

C'est son adversaire UMP, Claude Toutain, qui avait introduit le recours en annulation en avril dernier. Lors d'une audience en septembre, le rapporteur public avait fait état de "listes d'émargement litigieuses", notamment de 17 émargements présumés frauduleux.

Élu avec sept voix d'avance

Le juge administratif a suivi son avis pour annuler l'élection remportée par sept voix d'écart par l'élu FN. Joris Hébrard avait gagné avec 3.141 voix, contre 3.134 pour son rival Claude Toutain.

Le maire du Pontet peut faire appel de cette décision devant le conseil d'État, un recours suspensif. Explications de Philippe Paupert de France Bleu Vaucluse

"Bien évidemmment que nous allons faire appel", a réagi le directeur de cabinet de Joris Hébrard, Xavier Magnin. Le maire du Pontet s'est dit de son côté "serein", même en cas de nouvelle élection :

Je fais mon travail et je pense que ça portera ses fruits. Si on a un bon bilan la première année, les Pontétiens en attendront encore plus et ils voudront voir ce qu'on peut faire en six ans.

Front républicain

Joris Hébrard assure également ne pas s'inquiéter face à la perspective d'un front républicain entre l'UMP et le PS qui envisagent de faire liste commune pour les nouvelles élections municipales : "L'UMP et le PS ensemble, l'UMPS ça me va, il n'y a rien de mieux pour montrer la connivence entre ces deux formations", a-t-il ironisé.

Au mois de mars, le Front national a décroché la gouvernance de 10 villes. En outre, Robert Ménard a été élu à Béziers avec le soutien du parti d'extrême droite sans en faire partie.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.