Des sites pas ou peu adaptés, des professions de foi pas forcément plus accessibles, il est très difficile pour les personnes handicapées de suivre correctement cette élection.

Deux associations ont décidé de rendre accessibles les programmes des candidats par écrit, audio et en langue des signes pour les personnes handicapées.
Deux associations ont décidé de rendre accessibles les programmes des candidats par écrit, audio et en langue des signes pour les personnes handicapées. © Capture écran de la vidéo "Campagne présidentielle accessible à tous"

C'était pourtant une demande des associations en début de campagne: que l'élection soit accessible aux personnes handicapées. Mais aucun candidat n'a prévu d'adapter son site ou sa profession de foi aux personnes malvoyantes, malentendantes ou parfois illettrées.

Deux associations ont donc décidé de publier une vidéo qui reprend les propositions de Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Les deux programmes sont résumés dans une vidéo globale d'un peu plus de 30 minutes. D'une manière "la plus neutre possible", les propositions des candidats sont présentées en langue des signes, en version audio mais aussi en français simplifié. Un moyen de rendre accessibles plus facilement les idées des candidats aux personnes qui ont plus de difficultés à les comprendre. Des vidéos plus courtes, reprenant les différents thèmes sont aussi proposées.

Une "faute morale" mais aussi "politique"

C'est un travail qui a demandé plusieurs jours aux bénévoles des associationsBête à bon dieu production et Droit pluriel. Elles regrettent que les candidats n'aient pas fait cet effort, comme l'explique Anne Sarah de l'association Droit pluriel : "il n'y a pas encore de prise en compte des personnes handicapées, du fait qu'on a envie de connaître les programmes, qu'on a envie de suivre les émissions de télé. C'est une faute non seulement morale mais en plus politique car ce sont quand même des gens qui votent".

Seules des traductions en langue des signes lors des meetings ont été réalisées, ce qui est une bonne chose pour ces associations qui espèrent que la mesure sera reconduite pour les élections législatives.

ÉCOUTER | Le reportage de Mathilde Dehimi auprès des associations Bête à bon dieu production et Droit pluriel

France Inter s'est également engagée à rendre plus accessible l'élection aux personnes handicapées. L'intégralité du débat mercredi soir a, par exemple, était sous-titrée. Tout comme l'interview d'Emmanuel Macron le lendemain dans la matinale de Patrick Cohen, qui a à la fois était sous-titrée en direct sur Facebook, par écrit mais aussi en langue des signes.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.