Traditionnellement les premiers à voter, nos compatriotes des départements d'Outre-mer sont appelés aux urnes dès samedi midi pour une partie d'entre eux.

Les Français ultra-marins sont généralement moins nombreux à voter pour l'élection présidentielle (ici, un bureau de vote en Guyane le 23 avril dernier) que pour des élections locales.
Les Français ultra-marins sont généralement moins nombreux à voter pour l'élection présidentielle (ici, un bureau de vote en Guyane le 23 avril dernier) que pour des élections locales. © AFP / Jody Amiet

Depuis 2007, les électeurs de Saint-Pierre-et-Miquelon sont les premiers appelés aux urnes, dès midi, ce samedi, heure de Paris. Ils sont suivis par les électeurs de Guyane, où les bureaux de vote s'ouvrent à 13h, avant la Martinique, la Guadeloupe, Saint-Barthélemy et Saint Martin.

A la Réunion, à Mayotte, en Nouvelle-Calédonie et à Wallis-et-Futuna, on vote au même moment qu'en France métropolitaine. Mais tous les résultats sont donnés en même temps, c'est à dire dimanche soir, à partir de 20h.

Forte abstention

Au total, les ultra-marins sont environ 1,6 millions à être inscrits sur les listes électorales, soit moins de 5% du corps électoral français (le ministère de l'Intérieur a indiqué avoir recensé 47 millions de personnes inscrites sur les listes pour 2017).

Mais ils sont surtout bien moins nombreux à se déplacer pour voter, avec une abstention moyenne sur l'ensemble des départements d'Outre-mer de 53%. Une abstention traditionnellement haute quand il ne s'agit pas d'une élection nationale.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.