Info France Inter - L'exécutif s'apprête à alléger les règles mais sans parler de "déconfinement". Le terme est banni par l'entourage du président de la République et le gouvernement, alors qu'Emmanuel Macron doit s'adresser aux Français la semaine prochaine afin de donner des perspectives pour les semaines à venir.

Allègement de la contrainte", "adaptation des règles". Emmanuel Macron et le gouvernement ne parleront plus de "déconfinement"
Allègement de la contrainte", "adaptation des règles". Emmanuel Macron et le gouvernement ne parleront plus de "déconfinement" © AFP / Ludovic Marin

"Allègement de la contrainte", "adaptation des règles", "retour à une certaine normalité": les cerveaux bouillonnent à l'Elysée pour trouver la bonne expression. Tout, sauf "déconfinement" ! Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal l'a dit clairement ce mercredi midi à l'issue du Conseil des ministres : "Nous ne sommes pas du tout au déconfinement, on en est même loin. Relâcher nos efforts aujourd'hui en ayant ou en donnant le sentiment que cette bataille est derrière nous, serait dangereux pour la situation sanitaire de notre pays et donc pour la sécurité des Français".

"Nous devons continuer à nous préparer au pire" (un ministre)

Dans l'entourage du chef de l'État, on en est convaincu: "tout est question de psychologie et d'acceptabilité". Autrement dit : donner des perspectives aux Français, pour Noël et au-delà, tout en s'assurant qu'ils restent "concentrés", selon le mot employé par un conseiller d'Emmanuel Macron. "Nous devons continuer à nous préparer au pire, ajoute une ministre, qui a participé au Conseil de Défense ce matin. On ne minimise pas les bonnes nouvelles, mais ce n’est pas le moment de prendre des paris, de jouer à la roulette russe, les Français ne nous le pardonneraient pas. Et en même temps, on ne peut pas aujourd’hui dire aux Français qu’ils vont manger leur dinde dans des barquettes individuelles devant une visio le soir de Noël".

En pratique, les commerces dits "non-essentiels" vont rouvrir, les cérémonies religieuses vont reprendre si la décroissance de l'épidémie se confirme, peut-être même dès la fin de semaine prochaine. Mais en parallèle, les règles censées réduire au strict minimum les contacts dans nos vies privées seront toujours en vigueur. 

L'attestation pourrait être maintenue après le 1er décembre

"À l’heure où on se parle, on peut dire que l’attestation de déplacement va rester d’actualité au-delà du 1er décembre" assure l’entourage du Président. Et tout le monde reste dans le même bateau, puisque l'Élysée exclut définitivement l'hypothèse d'un confinement des seules personnes âgées et vulnérables. 

Si allègement il y a, il sera donc très, très progressif. Le calendrier donnera d'ailleurs une indication : si les chiffres sont bons, Emmanuel Macron parlera en début de semaine à l’issue d’un nouveau Conseil de défense, sinon, ce sera mercredi ou jeudi.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.