[scald=69863:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le gouvernement a décidé d'augmenter les moyens accordés aux mutuelles étudiantes afin de compenser la hausse de la taxe sur les complémentaires santé décidée en août dernier dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2011.

"Parmi les bonnes conditions d'étude de nos étudiants, il y a la santé. Les étudiants ne doivent pas faire les frais d'une rigueur aveugle", a expliqué le ministre de l'Enseignement supérieur Laurent Wauquiez lors d'une conférence de presse.

Cet été, la taxe spéciale sur les conventions d'assurance a été relevée de 3,5 à 7%, hausse qui, d'après le ministre, a fait naître des "inquiétudes" sur la capacité des mutuelles étudiantes à "bien assumer leur mission". Quelque 600.000 étudiants souscrivent à une mutuelle étudiante.

Le contrat signé jeudi au ministère par les mutuelles étudiantes et la Caisse nationale d'assurance maladie porte à 52 euros par étudiant et par an les remises de gestion versées par l'assurance maladie.

Les mutuelles étudiantes se sont dites "satisfaites" de cet accord, qui prendra effet de manière rétroactive au 1er janvier 2011.

Elles considèrent que ce contrat devrait permettre de compenser en 2011-2012 la hausse de la taxe sur les complémentaires santé et donc de ne pas augmenter les prix des mutuelles. En revanche, une discussion devra être reprise pour l'année 2012-2013, estiment-elles.

Laurent Wauquiez a estimé que des menaces spécifiques, parmi lesquelles le stress et les conduites à risques, rendaient "fondamental" le rôle joué par les mutuelles étudiantes, pour qui 15 à 19% des étudiants n'ont pas de complémentaire santé.

L'une d'elles estime que 5 à 10% des étudiants se sont "démutualisés" au cours des 4 dernières années en raison du coût des mutuelles.

"Au sein de nos 320.000 adhérents, on constate que d'une année sur l'autre, les étudiants vont baisser en gamme, c'est-à-dire qu'ils vont souscrire à une complémentaire santé moins chère et donc qui protège moins", ajoute Gabriel Szeftel, président de La mutuelle des étudiants (LMDE).

Chine Labbé, édité par Gérard Bon

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.