tollé sur l"instinct meurtrier" d'élus ump contre françois hollande
tollé sur l"instinct meurtrier" d'élus ump contre françois hollande © reuters

Le terme est d'Eric Doligé, sénateur UMP du Loiret, lors de la journée parlementaire du parti à l'Assemblée nationale. Il disait avoir "un instinct meurtrier" contre "Hollande et sa bande". La phrase , "absolument indigne", n'amuse pas le gouvernement.

Pas de chance pour les sénateurs UMP un peu énervés, leurs propos ont été enregistrés... puis diffusés par le Lab d'Europe 1. On y entend Eric Doligé, sénateur du Loiret, déclarer avoir "un instinct meurtrier en ce moment. Je suis comme la plupart des citoyens, moi je ne supporte plus Hollande et sa bande !"

"Moi j'ai une liste de gens que je peux vous donner sur qui il faut tirer, il y en a une quarantaine, tous ceux du gouvernement", ajoute Eric Doligé.

"Je peux donner les kalachnikovs !", se gausse le sénateur-maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin.

Pourtant, pas de regrets du côté des principaux intéressés. Eric Doligé dit "assumer" ses propos, tant qu'on les replace dans leur contexte.

J'ai considéré que l'on passait un peu trop de temps à se tirer dessus, entre guillemets, dans notre mouvement, et j'ai dit 'Au lieu de se tirer dessus, on ferait mieux de tirer sur les gens de l'extérieur et sur ceux du gouvernement' Si j'avais à les reprononcer, je ne les reprononcerais peut-être pas sous cette forme-là, mais il est vrai que j'assume sur le fond.

"Indigne", pour Najat Vallaud-Belkacem

La porte-parole du gouvernement a rebondi sur l'affaire en estimant que ces propos sont indignes.

Certains responsables politiques devraient se méfier des fins de banquet, des plaisanteries qui révèlent le fond boueux de leur pensée. J'ai le vertige quand je pense aux responsabilités exercées par ceux qui ont tenu ces propos absolument indignes.

Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée, a demandé au président de l'UMP, Jean-François Copé, de condamner des propos "insensés", "irrespectueux" et "irresponsables". "Il y a, quand on fait de la politique, un devoir d'exemplarité. Là, ce sont des propos haineux qu'on ne peut pas accepter de la part de quelqu'un qui représente le peuple français".

Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux Personnes handicapées, a quant à elle répliqué sur Twitter, gilet pare-balles à la main. "Je crains personne", lance en provençal la future candidate aux municipales à Marseille et future adversaire de Jean-Claude Gaudin.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.