[scald=21505:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Plusieurs responsables de la majorité ont défié lundi Martine Aubry de porter devant la justice ses accusations relatives aux rumeurs la concernant, qui ont animé le débat politique du week-end.

Vendredi à Turin, la maire de Lille, candidate à la primaire socialiste pour l'élection présidentielle, a dit ne pas être impressionnée par les rumeurs sur son alcoolisme présumé ou sur les liens supposément entretenus par son mari, l'avocat Jean-Louis Brochen, avec la mouvance islamiste.

"Je sais tout, je sais qui les lance", a-t-elle dit à des journalistes, ajoutant qu'elle porterait plainte contre les sites internet colportant de fausses informations sur elle.

Pour la porte-parole du gouvernement, Valérie Pécresse, Martine Aubry "doit porter ces accusations, qui sont très graves, sur le terrain judiciaire et elle ne doit pas les porter sur le terrain politique".

"Parce que si elle les porte sur le terrain politique, évidemment, on va la soupçonner d'instrumentaliser ces rumeurs à des fins politiques", a ajouté la ministre du Budget sur RTL.

Plusieurs membres de la majorité ont reproché ce week-end à Martine Aubry de nourrir le débat sur les rumeurs pour éviter un débat de fond sur le projet du Parti socialiste.

"On est dans la posture", a jugé à son tour lundi Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale. "Qu'elle vienne sur le fond et sur le reste, s'il y a diffamation, eh bien qu'elle aille en justice !"

"On a une envie aujourd'hui: c'est d'aller sur le terrain politique avec Mme Aubry, avec M. Hollande, de montrer leurs désaccords et de montrer l'incrédibilité de ce programme qui ne ressemble à rien !", a-t-il ajouté sur LCI.

Martine Aubry est soutenue dans sa démarche par plusieurs de ses adversaires à la primaire socialiste: après Arnaud Montebourg et François Hollande dimanche, Ségolène Royal lui a donné raison lundi en l'assurant de son soutien.

"Je voudrais dire une nouvelle fois à Martine Aubry qu'elle a bien fait, que je suis totalement solidaire, que ces attaques sont insupportables, que Martine Aubry est une femme politique respectable et que j'entends qu'elle soit respectée", a-t-elle dit sur RMC et BFM TV.

Marc Angrand, édité par Olivier Guillemain

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.