Campus UMP 2011 à Marseille
Campus UMP 2011 à Marseille © CC UMP

Fini le temps des grandes messes couteuses. Les dettes de l'UMP avaient empêché le parti d'organiser une Université d'été l'an dernier. Cette année il y en aura bien une mais les militants vont devoir troquer petits fours et le champagne contre du pâté en croute et du mousseux.

Comme chaque année, les partis politiques préparent leur rentrée avec les traditionnelles universités d'été.

Les premiers à ouvrir le bal seront les Verts, mercredi prochain, le 19 août. Ce sera ensuite au tour du Parti Socialiste qui réunit, comme il en a l'habitude, ses militants à la Rochelle, du 28 au 30 août.

Même si elles coutent cher, les universités d'été sont des évènements important pour les partis politiques qui cherchent à montrer leur force militante. Le PS par exemple, déboursera de sa poche 500.000 euros pour l'organisation de la fête militante.

Du côté de la droite, en revanche, on sera moins dépensier, beaucoup moins. L'UMP a beau avoir disparu au profit du parti Les Républicains, les dettes sont encore là. La droite ne peut donc pas se permettre ce genre de dépenses.

Le parti d'opposition tiendra bien son université d'été au Touquet, les 12 et 13 septembre . Si le parti de Nicolas Sarkozy espère attirer 2 500 militants, cette fois le budget sera modeste, très modeste.

Les grands-messes couteuses c'est fini

Le temps où l'UMP prenait tout en charge est révolu. C'est un engagement pris auprès de nos créanciers, explique le trésorier du parti, Daniel Festel. Cette année, les militants vont devoir troquer les petits fours et le champagne contre du pâté en croute et du mousseux.

Du coup, le budget pour ce campus "Républicain" est de 50 000 euros . Ça parait beaucoup comme ça, mais c'est trois fois moins que l'université d'été des communistes, par exemple. La plus grosse partie du rendez-vous militant est financé par les billets d'entrée. Le tarif est de 45 euros, cela comprend la nourriture et l'hébergement, en camping.

Cette année, ce sont les Jeunes Républicains qui organisent

Pour respecter ce petit budget, ils rognent sur tout. L'un des organisateurs confie qu'il négocie la moindre chose avec les prestataires : de la nourriture aux badges qu'ils porteront. Mais les militants relativisent. Une université d'été réussie ce n'est pas une question de budget, veut croire l'un d'entre eux : "et puis l'année dernière, on n'y avait même pas eu droit, di-il, alors… "

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.