[scald=107533:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La CGT fait un bilan au vitriol du quinquennat de Nicolas Sarkozy, fustigeant son "échec total sur l'emploi et sur la politique industrielle" ou "la casse du système de protection sociale", à un mois du premier tour de l'élection présidentielle.

Dans un document titré "changer de politique" publié vendredi sur son site internet, le syndicat explique ne pouvoir être neutre "au regard de la gravité de la situation".

Il n'appelle pas à voter pour un candidat en particulier mais à faire échec "aux idées véhiculées par le Front national et banalisées par d'autres".

"Au vu du bilan et des projets du président de la République, sa réélection ouvrirait, à coup sûr, une nouvelle séquence de lourds reculs sociaux", estime la CGT.

Parmi ses nombreux griefs : la réforme des retraites de 2010, le "nouveau traité européen qui généralise l'austérité", l'absence de "coup de pouce" au smic ou aux retraites, la hausse de la TVA le 1er octobre prochain ou les suppressions de postes de fonctionnaires.

Quant au programme de Nicolas Sarkozy, "ce serait plus d'austérité pour les salariés et les retraités, l'accroissement des inégalités entre les femmes et les hommes, une culpabilisation éhontée des privés d'emploi, la stigmatisation des travailleurs migrants et immigrés, la mise en cause du rôle des organisations syndicales considérées comme obstacles à ses projets", poursuit la CGT.

Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.