[scald=103523:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La France en matière de compétitivité n'a pas besoin de suivre un modèle, allemand ou autre, a estimé mardi François Hollande, et doit organiser sa reconstruction autour d'un "Pacte national de compétitivité".

Le candidat socialiste à l'élection présidentielle participait à Paris à une conférence sur "Les défis de la compétitivité" organisée par l'Association française des entreprises privées (Afep) et le journal Le Monde.

"C'est une reconstruction que nous avons à conduire, elle implique une nouvelle donne. Plutôt que d'imiter un modèle extérieur, qui a toujours été une tentation française malgré ce que nous disons de notre exception, nous aimons aller voir ailleurs, nous sommes toujours fascinés par des exemples étrangers", a-t-il déclaré devant un parterre de centaines de personnes, dont beaucoup d'entrepreneurs.

François Hollande a évoqué le "défi américain" qui fascinait dans les années 1960, puis "le modèle anglo-saxon" suivi, aujourd'hui, par le "modèle allemand" pris notamment en exemple par le président Nicolas Sarkozy, en lice pour sa réélection.

Mais pour le candidat socialiste, la France ne saurait procéder par imitation pour relancer son économie.

"Nous ne pouvons pas mobiliser un pays sur une imitation et pas un pays comme la France. C'est nous qui devons définir nos atouts, nos handicaps nous les connaissons. Nos leviers, nous pouvons les créer. C'est nous qui devons être un modèle et une référence, pour nous-même d'abord, pour nous mobiliser, et c'est pourquoi chacun devra jouer son rôle", a-t-il dit.

François Hollande propose, s'il entre à l'Elysée en mai, "un Pacte national de confiance autour de l'idée de compétitivité, de l'enjeu" impliquant Etat et collectivités locales.

"Nous aurions à nous fixer des objectifs, qui iraient bien au-delà d'un quinquennat, un objectif de long terme pour dire qu'est-ce que nous pouvons faire ensemble chacun à notre niveau de responsabilité", a-t-il expliqué.

Elizabeth Pineau, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.