[scald=24623:sdl_editor_representation]BRUXELLES (Reuters) - La Grèce paiera sa dette, dont le montant nominal sera réduit de 24 points de PIB grâce à de nouveaux prêts de l'UE et du FMI et à une participation volontaire du secteur privé à un nouveau plan de soutien, a indiqué jeudi soir Nicolas Sarkozy.

Le président de la République a par ailleurs expliqué que le Fonds européen de stabilité financière (FESF), dont les prêts seront allongés et leurs taux réduits, pourra désormais agir de manière préventive et intervenir sur les marchés secondaires de la dette publique, amorçant ainsi la création d'un véritable "Fonds monétaire européen".

"La Grèce remboursera sa dette", a-t-il déclaré à l'issue d'un sommet de la zone euro, avant d'indiquer que les Etats utilisant la monnaie unique se tiendront prêts à fournir des garanties à la BCE et aux banques si les agences de notation venaient à déclarer que la participation du secteur privé constituait un défaut "partiel" de la Grèce.

Enfin, la France et l'Allemagne feront d'ici la fin du mois d'août des propositions visant à favoriser une convergence des économies européennes pour accélérer l'intégration économique au sein de la zone euro, a-t-il encore indiqué.

Julien Toyer et Emmanuel Jarry

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.