la cour de cassation ne tranche pas sur  le pourvoi de nicolas sarkozy au sujet de ses agendas
la cour de cassation ne tranche pas sur le pourvoi de nicolas sarkozy au sujet de ses agendas © reuters

La Cour de cassation juge irrecevable le pourvoi de Nicolas Sarkozy contre la saisie de ses agendas, dans la mesure où l’ex Président a bénéficié d'un non-lieu dans l'affaire Bettencourt.

La Cour de cassation estime donc qu'elle n'a pas à répondre à une question qui ne se pose plus.

Les explications de Nathalie Hernandez

La justice peut donc continuer à utiliser les agendas de Nicolas Sarkozy

La question "est susceptible de se reposer dans d'autres dossiers où ces agendas auraient pu être communiqués", a déclaré à la presse Me Patrice Spinosi, l’avocat de Nicoals Sarkozy à la Cour de cassation, qui espère que la Cour de cassation, ressaisie dans le cadre d'une autre instruction « offrira une réponse qui totalement différente ».

Les agendas de Nicolas Sarkozy figurent également dans la procédure sur l'arbitrage dont a bénéficié en 2008 Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit lyonnais sur la vente d'Adidas. Un Bernard Tapie droit dans ses bottes et qui affirme à l’AFP et à France Info que la décision « ne change rien à (mon) dossier puisque j'ai authentifié, assumé et expliqué ces rendez-vous" avec Nico las Sarkozy.

Bernard Tapie avec Delphine Gotchaux

Les agendas sont susceptibles d'intéresser les juges qui enquêtent sur les accusations de financement de sa campagne de 2007 par la Libye de Mouammar Kadhafi, dossier à propos duquel une conversation entre Nicolas Sarkozy et son avocat, Me Thierry Herzog a été interceptée, qui a donné lieu à l'ouverture, fin février par le nouveau parquet national financier, d'une information judiciaire pour violation du secret de l'instruction et trafic d'influence.

Dans cet échange, les deux hommes évoquent Gilbert Azibert, un haut magistrat à la Cour de cassation. Selon une source proche du dossier, il est question de solliciter le magistrat pour se renseigner sur la procédure concernant les agendas présidentiels.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.