[scald=91131:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) va remettre à plusieurs candidats à l'élection présidentielle 50 propositions pour une France "plus fraternelle", thème absent selon elle de la campagne.

"Un peu ringardisée", la fraternité est devenue "le parent pauvre de la triade républicaine", a déclaré mercredi Alain Jakubowicz, président de la Licra.

Il souhaite la remettre au coeur des préoccupations dans un climat qui, d'après lui, présente "des parallèles" avec celui de 1930, en termes de confusion des valeurs, perte de repères et libération de la parole raciste et xénophobe.

"On ne luttera pas contre le chômage, la baisse du pouvoir d'achat, les problèmes de logement si on n'a pas une nation unie", a-t-il dit lors d'un point presse.

Parmi les 50 propositions formulées par l'association, on trouve la suppression du mot "race" de la Constitution, la dépénalisation du séjour irrégulier des étrangers et le droit de vote pour les étrangers non communautaires aux élections municipales et européennes.

La Licra prône aussi la transformation de l'actuelle journée défense et citoyenneté en 3 jours de sensibilisation aux valeurs de la République couronnés par la remise solennelle de la carte d'électeur.

Ces propositions vont être envoyées a tous les députés et sénateurs du pays, et elles seront présentées a plusieurs candidats qui seront invités a se prononcer sur leur contenu.

Rendez-vous est déjà pris avec le candidat socialiste François Hollande, le centriste François Bayrou et l'écologiste Eva Joly, a indiqué Alain Jakubowicz, précisant qu'il cherchait également a s'entretenir avec Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) et Nicolas Sarkozy, qui n'a pas déclaré officiellement s'il comptait briguer un second mandat.

La Licra n'a en revanche pas convié la présidente du Front national Marine Le Pen à un échange sur le sujet. Un choix assumé par son président.

"Nous pensons fondamentalement que le Front national n'a pas changé", a-t-il dit.

Chine Labbé, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.