Alerte à toutes les voitures! La main invisible a disparu ! Cela pourrait être le titre d’un excellent film d’action hollywoodien. La main invisible ? Celle d’Adam Smith bien sûr,censée assurer depuis près de deux siècles le fonctionnement harmonieux des marchés et nous apporter à tous bonheur et prospérité. Certains nous annoncent que cette disparition est définitive et que l’Etat retrouve ses lettres de noblesse. Admettons. Dans la faillite collective de leur communication et dans la panique générale, certains Etats sont les premiers à mettre au bûcher l’idéologie devant laquelle ils se sont prosternés depuis tant d’années. Alors, on nationalise, on pose des garanties partout, on tire des chèques sans provisions sur l’avenir en ayant tout à fait conscience que ce sont les générations futures qui régleront l’addition. Le nouveau crédo à la mode est : régulation, coordination. Mais pour faire quoi ? Pour remettre dans le droit chemin ceux qui ont perverti le système pour qu’ils puissent recommencer, ou pour en inventer un autre ? Or, le drame actuel c’est que si nos gouvernants n’ont que ces mots-là à la bouche, dans leur posture quotidienne ils agissent en sens contraire. Voyez-vous ce qui m’inquiète le plus ce n’est pas l’effondrement des bourses ou bien que l’économie française et européenne s’enfoncent dans la crise. Le plus inquiétant c’est le retour des nationalismes dans les esprits. Côté cour les chefs d’Etat européens semblent se coordonner. Mais côté-jardin, cela reste chacun pour soit. Pour une fois ce ne sont pas les Anglais qui ont tiré les premiers mais les Irlandais,puis les Français et les Belges, les Allemands, les Espagnols, les Italiens etc. Dans la panique, tous essaient de sauver leur peau au détriment des enjeux européens. La main invisible redevient visible mais sous la forme d’une multitude de poignes nationales et ceci sans la moindre réflexion collective pour l’avenir. Peut-être aller vous me dire, le temps n’est pas à la réflexion mais à l’action, mais après cinquante ans de construction européenne, en arriver à de telles réactions, c’est tout simplement consternant.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.