A la veille du congrès de Versailles, le président de la République a reçu ce dimanche les principaux acteurs de la vie politique française. Le premier a été en fin de matinée, son prédécesseur à l'Élysée Nicolas Sarkozy.

Le président du parti Les républicains, probable candidat à la primaire de droite en vue de l'élection présidentielle de 2017, a réclamé "un renforcement drastique des mesures de sécurité qui permettront de protéger la vie de nos compatriotes". Nicolas Sarkozy a également plaidé pour un rapprochement diplomatique avec la Russie.

Nous avons besoin des Russes

Invité du journal de 20 heures sur TF1 , Nicolas Sarkozy a ajouté quelques précisions concernant la sécurité intérieure. Il réclame notamment que les personnes fichées comme radicalisées soient

mises en résidence surveillée... [avec un] bracelet électronique

Plus tard dans la journée, François Hollande a reçu les présidents des deux assemblées et les membres de diverses commissions parlementaires.Le président du Sénat Gérard Larcher a annoncé à la sortie de l'entrevue que

François Hollande veut modifier la loi de 1955 sur l'état d'urgence, pour l'adapter à la situation après les attentats

Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale a pour sa part assuré qu'après les attentats

les deux commissions des Lois sont à la disposition du gouvernement pour examiner dans des délais contraints toutes les initiatives

Sur l'agenda de l'Élysée, il y avait enfin les responsables des partis politiques non représentés par un groupe parlementaire. Se sont donc succédés François Bayrou (MoDem), Marine Le Pen (FN), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), et Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche).

La présidente du FN a réclamé

que des mesures extrêmement fermes soient prises à l'égard des structures qui soutiennent le fondamentalisme islamique

Pour sa part Nicolas Dupont-Aignan a présenté au président de la République ses

Dix mesures, dont le rétablissement du service militaire

Enfin, Jean-Luc Mélenchon a déclaré à sa sortie

Tous ceux qui jouent de l'affolement se comportent comme des tireurs dans le dos

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.