françois hollande en visite en israël
françois hollande en visite en israël © reuters

Jean-Marc Ayrault et l'Elysée ont confirmé ce matin une information de France Info : François Hollande, à l'époque candidat à la primaire, a subi une "intervention bénigne". Une information qui laisse de marbre, voire agace politiques et réseaux sociaux.

Fallait-il parler de l'opération "pour une hypertrophie bénigne de la prostate" du président de la République ? C'est la question que tout le monde se pose ce matin sur les réseaux sociaux et dans le monde politique. Dans la matinée, Jean-Marc Ayrault s'est même indigné de la révélation "d'informations qui relèvent de la vie privée".

Il n'était pas président de la République quand il a eu cette petite opération bénigne. Le nombre de Français hommes qui sont confrontés à des problèmes de prostate à partir de la cinquantaine, c'est assez banal. Est-ce qu'on est toujours obligé d'étaler la vie privée ?

Les internautes citent Clémenceau

Selon France Info, François Hollande a été opéré en février 2011, quelques semaines avant sa candidature à la primaire socialiste. Il était alors en pleine tournée pour promouvoir sa candidature. L'intervention qui n'apparaît ni dans son agenda de l'époque, ni sur les bulletins présidentiels de 2012 et 2013, qui ne révélaient rien d'anormal.

Information confirmée ensuite par l'Élysée, dans un communiqué officiel.

Sur Twitter, l'information a suscité au mieux indifférence et amusement, au pire un agacement généralisé.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.