l'opposition dénonce le "cafouillage" de kader arif sur les otages
l'opposition dénonce le "cafouillage" de kader arif sur les otages © reuters

Le secrétaire d'État aux anciens combattants, Kader Arif a fait "le choix, en responsabilité." Il quitte le gouvernement après avoir été cité dans une enquête préliminaire portant sur des passations suspectes de marchés publics. Les crises s'enchaînent.

Nouveau coup dur pour François Hollande. Le parti socialiste a beau présenté la démission de Kader Arif comme un geste d'autorité du président, personne n'y croit vraiment. Cela fait des mois que la justice enquête sur l'entourage de l'ancien secrétaire d'État et il aura fallu une perquisition dans les bureaux de ce proche de François Hollande pour acter son départ. La réaction d'Hugues Fourage, un des porte-parole du groupe PS à l'Assemblée :

Dès lors qu'il peut y avoir un soupçon, on coupe court à la difficulté [...] Il y a un réel changement dans notre République.

Le neuvième départ de ministre depuis 2012

jérôme cahuzac interdit d'excercer la médecine pendant trois mois
jérôme cahuzac interdit d'excercer la médecine pendant trois mois © reuters

Ce nouveau départ d'un ministre est le 9ème depuis le début du quinquennat. Il y a deux mois et demi le secrétaire d'État au commerce extérieur, Thomas Thévenoud, quittait le gouvernement après avoir reconnu des problèmes avec le fisc. Il avait été nommé moins de deux semaines plus tôt dans un gouvernement débarrassé de Benoît Hamon, Aurélie Filippetti et Arnaud Montebourg, en désaccord avec la politique menée.

Il y a évidemment eu l'affaire Cahuzac mais aussi l'évincement de Delphine Batho trop critique sur le budget sans parler de ce départ fracassant du conseiller présidentiel Aquilino Morelle, remercié en avril dernier après des soupçons de conflit d'intérêt.

Kader Arif lui est cité dans une enquête préliminaire. Il est présumé innocent mais ce départ jette un nouveau voile sur la République exemplaire voulu par François Hollande. Philippe Vigier est porte-parole du groupe UDI à l'Assemblée, il critique clairement le pouvoir :

Se tromper autant de fois, ça commence à faire beaucoup.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.