Le point sur les finances du parti de Jean-Luc Mélenchon, après une année électorale qui a changé la donne politique et financière.

 Les meetings ont représenté 75% du budget de la campagne des Insoumis
Les meetings ont représenté 75% du budget de la campagne des Insoumis © AFP

La situation financière des grands partis politiques est essentiellement basée sur les ressources provenant de dotations publiques calculées en fonction de leurs résultats aux législatives. Les élections de juin 2017 ont donc profondément modifié les situations qui prévalaient jusqu'ici. Certains partis bien dotés se sont appauvris, et vice versa.

Les insoumis, recordmen du nombre de dons reçus

Les Insoumis ont commencé petit. Certes, dès février 2016 et l'annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon, une association de financement avait été créée, c’est obligatoire pour percevoir les fonds publics.

Mais l'essentiel de l'argent a été collecté, au départ, par des donc jetés dans un grand drap rouge tenu par deux militants à la sortie des meetings, jusqu'à ce qu’il faille passer à la vitesse supérieure : cinq millions d'euros de prêt, puis trois millions encore auprès du crédit coopératif, comme l'explique Manuel Bompard directeur de la campagne présidentielle : "On a été les recordmen du nombre de dons, on s’est beaucoup appuyé sur les petits dons avec des montants de 30 à 40 euros, mais ça ne suffit pas pour financer une campagne électorale quand vous voyez notamment le prix des meetings.

"Le poste des meetings représente près de 75% du budget de la campagne" précise Manuel Bombard, et parmi les meetings très chers, celui de l'hologramme dépasse les autres "c’est le plus cher parce que vous devez multiplier par sept les frais de location de salle, les frais de sonorisation, au final on se retrouve avec un meeting qui coûte un million et demi au final."

POUR EN SAVOIR PLUS | LireLa situation financière des partis politiques : Les Républicains vont devoir se serrer la ceinture

La campagne a coûté au final quelque 12 millions d'euros, mais avec 17 députes et plus de deux millions et de demi de voix aux législatives, les Insoumis qui partaient de zéro, pourront désormais compter sur un petit matelas de 20 millions d'euros de financement public sur l’ensemble de la législature.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.