Après la République en Marche, le FN et le PS, focus sur Les Républicains qui vont devoir, eux aussi, se serrer la ceinture.

Les Républicains vont peut-être devoir vendre leur siège du XVe arrondissement
Les Républicains vont peut-être devoir vendre leur siège du XVe arrondissement © Radio France / GARO / Phanie

Les élections de juin 2017 ont profondément modifié les situations qui prévalaient jusqu'ici, puisque l'essentiel des ressources des partis proviennent de dotations publiques calculées en fonction de leurs résultats aux législatives. La République en Marche s'en sort grand gagnant alors que le parti partait de zéro. Le Parti socialiste, lui, rentre dans une période de grandes difficultés.

► POUR EN SAVOIR PLUS | lire Financement des partis politiques : la bonne affaire de la REM

La situation est peut-être moins alarmante pour Les Républicains mais le parti va devoir sacrément se serrer la ceinture alors qu'il commençait tout juste à redresser la barre après l'affaire Bygmalion.

Après deux ans d'efforts, la dette est passée de 75 à 55 millions d'euros, mais c'est pour la suite que ça se complique puisqu'il faut désormais tenir compte d'une sacrée diminution des dotations de l'État. Avec presque 100 députés de moins et moitié moins de voix qu'il y a cinq ans au premier tour des législatives, la baisse représente près de 40 millions d'euros de moins sur cinq ans.

Daniel Fasquelle, le trésorier du parti, va donc devoir élaborer une nouvelle stratégie : "on fera le point d'ici la fin de l'année mais il n'y a pas d'urgence pour 2017 car ce budget est bouclé et nous dégagerons un excédent. C’est à partir de 2018 qu'il faut retrouver des marges de manœuvre par une nouvelle politique d'économie, par de nouvelles recettes et en retrouvant l'esprit militant".

Le parti n'envisage pas de plan social, mais la vente du siège permettrait d'éponger presque toute la dette. Plus de 5 000 mètres carrés rue de Vaugirard dans le 15e arrondissement de Paris. Une autre solution serait d'en mettre une partie en location.

► POUR EN SAVOIR PLUS | Lire La situation financière des partis politiques : le PS bientôt dans le rouge

Bref, au milieu de tout ça, une seule bonne nouvelle mais elle est bien maigre : le micro-parti de François Fillon va reverser un million d'euros aux Républicains, c'est la moitié des dons qu'il avait perçu pour la présidentielle.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.