À l'heure où s'ouvre son procès pour "détournement de fonds publics", c'est un homme seul qui affrontera ses juges. L'ancien Premier ministre a quitté la vie politique, juste après l'élection présidentielle. Son dernier "carré de fidèles" s'est définitivement éloigné de lui.

L'affaire avait pulvérisé la campagne présidentielle de l'ancien Premier ministre. Trois ans après, François Fillon et sa femme comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris pour les emplois présumés fictifs de Penelope Fillon.
L'affaire avait pulvérisé la campagne présidentielle de l'ancien Premier ministre. Trois ans après, François Fillon et sa femme comparaissent devant le tribunal correctionnel de Paris pour les emplois présumés fictifs de Penelope Fillon. © AFP / Jean-François Monier

François Fillon n'a jamais été doué pour les relations humaines. Pudique et taiseux, l'ancien Premier ministre s'est toujours montré avare des messages qu'il pouvait envoyer à ses troupes. Elles en ont toujours souffert. Mais aujourd'hui, après l'épreuve qu'a été le dernier scrutin présidentiel, et l'absence de signes envoyés par le nouveau retraité de la politique, elles ont presque toutes coupé les ponts.  

Porte-parole, conseiller spécial et le porteur du projet présidentiel ont fini par tourner les talons

À commencer par le plus endurant des fillonistes, Jérôme Chartier, qui pendant 20 ans, a été de tous les combats. Il a défendu son mentor dans la bataille Copé - Fillon, il a cru jusqu'au bout - même au plus bas dans les sondages - à sa victoire lors de la primaire de la Droite et du Centre et jamais il n'a imaginé l'abandonner en pleine déroute à l'élection présidentielle. Aujourd'hui, il a démissionné de sa vice-présidence au Conseil régional d’île-de-France. Il a préféré prendre du champ... et ne veut surtout plus parler de politique.

Pour Florence Portelli et Serge Grouard, la déception est encore vive. Candidats aux prochaines élections municipales, ils ont préféré tourner la page. Mais la maire de Taverny dans le Val d'Oise et l'élu d'Orléans dans le Loiret, n'ont jamais été recontactés par François Fillon. Aucun message, aucun appel. Elle avait pourtant mis toute son énergie de porte-parole dans les meetings d'un candidat empêtré dans ses affaires judiciaires. Et lui avait bâti tout son projet présidentiel... tout en restant en retrait. La pilule a encore du mal à passer.

Une exception : l'ami et sénateur Bruno Retailleau

L'ancien coordinateur de la campagne de François Fillon est le seul à avoir conservé une certaine proximité. Il faut dire que les deux hommes, Bruno Retailleau et l'ancien Premier ministre, viennent de la même région - les Pays de la Loire - où l'ex-villiériste et l'ancien séguiniste ont appris à se connaître et à travailler ensemble. Et c'est surtout leur combat commun pour les Chrétiens d'Orient qui continue à les réunir. En décembre dernier, le sénateur n'a d'ailleurs pas hésité à ouvrir les portes du palais du Luxembourg à l'ancien Premier ministre pour la tenue d'un colloque. Sans cette cause, qui lui tient tant à cœur, François Fillon serait-il toujours en relation avec Bruno Retailleau ? 

Désormais au siège du parti "Les Républicains", plus personne ne se revendique du fillonisme. À l'Assemblée nationale, les députés Eric Ciotti et Annie Génevard évitent les questions au sujet de celui dans lequel ils ont cru. Politiquement, François Fillon n'a plus personne autour de lui. Ces trois prochaines semaines, il sera seul face au tribunal. À l'exception de Bruno Retailleau, l'ancien Premier ministre a abandonné tout le monde et tout le monde s'est détourné de lui.  

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.