Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "injure publique à caractère racial" après la publication, par l'hebdomadaire d’extrême droite, d'un numéro où il se gausse des attaques racistes dont la Garde des sceaux a été victime.

"Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane" en une. "Ce n'est pas à un vieux singe qu'on apprend à faire la grimace" en page intérieure, l'hebdomadaire d'extrême droite Minute a publié un numéro faisant preuve –sous couvert d’humour– du racisme le plus pur.

En Conseil des ministres, ce matin, François Hollande a affirmé que "les incidents" de ces derniers jours, le 11 novembre ainsi que contre l'écotaxe et la ministre Christiane Taubira, appelaient "des réponses de fermeté".

On a franchi une limite

Alors, la France est-elle de plus en plus raciste ? Non, selon l'ancien secrétaire d'État Kofi Yamgnane. "Elle l'a toujours été".

A la sortie du Conseil des ministres, Georges-Pau Langevin, la ministre déléguée à la réussite éducative a tenu à réagir.

Mardi soir, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a affirmé que le gouvernement étudiait "les moyens d'agir contre la diffusion" du journal, à paraître mercredi. "Nous ne pouvons pas laisser passer cela", a-t-il déclaré en marge d'un colloque à l'Assemblée nationale sur les réponses à apporter face à la montée du Front national.

Jean-Marc Ayrault saisit le Procureur de la République

Peu après, Matignon a annoncé dans un communiqué que le Premier ministre avait saisi le procureur de la République de Paris en portant à connaissance "ces faits susceptibles de constituer l'infraction d'injure publique à caractère racial". "

Lors des questions d'actualité Jean-Marc Ayrault -très applaudi- a dit sa solidarité entière et amicale à Christiane Taubira. "Quand on s'attaque à elle c'est une blessure personnelle, mais c'est aussi une fonction que l'on attaque et la République qu'on abime" a dit le Premier ministre qui a rappelé que :

Le racisme n'est pas une opinion mais un délit puni par la loi de la République.

Jean-Marc Ayrault

Le parquet a entendu le message du Premier ministre et le procureur a ouvert mercredi matin une enquête pour "injure publique à caractère racial". SOS Racisme a également annoncé son intention de porter plainte pour incitation à la haine raciale.

Les explications de Sara Ghibaudo

Quant à l''Union des étudiants juifs de France (UEJF), elle a demandé "au procureur de la République de Paris d'engager des poursuites pour provocation à la haine raciale".

Minute se défend en considérant que les attaques racistes subies par Christiane Taubira sont un "non évenement"

"Si des associations veulent le monter en sauce, c'est leur problème (...) Nous trouvons que c'est indécent, il y a plein d'autres problèmes dans ce pays", a réagi la porte-parole de Minute, Hélène Valette". Nous assumons cette Une, c'est satirique, personne ne s'offusque des Unes de Charlie Hebdo", a continué la porte-parole, alors que l'article consacré à Christiane Taubira qualifie de "non événement" les précédentes attaques contre la ministre.

Christiane Taubira avait a été comparée à un singe sur la page Facebook d’une élue FN aux municipales -écartée depuis par le parti d'extrême droite-, puis insultée par des enfants aux mots de "la guenon mange ta banane" en marge d'une manifestation contre le mariage homosexuel. Lors d'une manifestation de catholiques intégristes, un abbé avait aussi lancé "Ya bon Banania, Ya pas bon Taubira". La phrase "Allo Taubira T'as la banane ?" a également été taguée sur un local du PS en Saône-et-Loire.

Un numéro qui a suscité hier l'indignation générale de la classe politique, à gauche mais aussi à droite.

Harlem Désirn le premier secrétaire du PS, a dénoncé une "ignoble Une" et la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, sur Twitter, a critiqué des "propos honteux et nauséabonds". A l'Assemblée, le chef de file des députés PS Bruno Le Roux a appelé la société à faire "rempart contre ces extrémismes".

"Ils n'ont donc pas de limites. C'est même à ça qu'on les reconnaît. Pas une Minute à perdre. Les nazes en cage", a également twitté Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche.

Eric Ciotti, député UMP des Alpes maritimes a dénoncé une provocation et un terrain nauséabond".

Le vice -président du Front national a parlé d'une une "inadmissible et choquante dont le FN a déjà été victime", mais Florian Philippot dénonce aussi une instrumentalisation par le gouvernement" alors que seule Christiane Taubira est concernée, selon lui.

Florian Philippot

Christiane Taubira a répondu en citant du René Char

Mardi soir, la Garde des Sceaux partitipait à un colloque, à l'Assemblée Nationale, organisé par les députés PS du courant "la Gauche Forte" sur le thème : "comment lutter contre la montée du FN ?" Christiane Taubira et Manuel Valls étaient les inités de marque de cette réunion. Devant une petite centaine de sympathisants socialistes, les deux ministres ont présenté leurs analyses respectives sur les "pourquoi" de la banalisation des thèmes d'extrême droite. La une de Minute a transformé le rendez-vous en démonstration de soutien à la ministre.

Le reportage de Marion Lagardère

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.