Laurent Fabius quitte le ministère des Affaires étrangères
Laurent Fabius quitte le ministère des Affaires étrangères © Archives MaxPPP

Le ministre des Affaires étrangères a annoncé ce mercredi qu'il avait assisté à son dernier conseil des ministres. Il va prendre la tête du Conseil constitutionnel, comme l'a confirmé un communiqué de la présidence de la République.

Laurent Fabius a confirmé à la sortie du conseil des ministre ce mercredi son départ imminent du gouvernement, confiant qu'il avait participé dans la matinée à son dernier Conseil des ministres.

Comme on lui demandait, mercredi matin dans la Cour de l'Elysée, s'il s'agissait de son dernier Conseil des ministres, M. Fabius a répondu: "Oui ", avant de s'engouffrer dans sa voiture et de quitter le palais présidentiel. L'information a rapidement été confirmée par un communiqué de l'Elysée.

Départ pour le Conseil constitutionnel

Ancien Premier ministre (1984-1986), patron de la diplomatie française depuis mai 2012, Laurent Fabius va succéder à Jean-Louis Debré.

Son remplacement au Quai d'Orsay sera un des points majeurs du remaniement qui devrait intervenir d'ici la fin de la semaine . Les noms de Ségolène Royal, Elisabeth Guigou, Jean-Marc Ayrault ou de Matthias Fekl ont circulé dans la presse pour le remplacer.

►►► Claude Guibal dresse le bilan de Laurent Fabius à la tête du Quai d'Orsay

1 min

E FABIUS

Dès son arrivée au Quai d'Orsay, en 2012, Laurent Fabius avait affiché son ambition : porter les couleurs de la France à l'étranger en la faisant rayonner économiquement.Mais les crises internationales sont là, à commencer par le dossier syrien . Il va adopter la ligne résolument anti-Bashar impulsée par la présidence Sarkozy. À la frontière turco-syrienne auprès de réfugiés en 2012, Laurent Fabius donne le ton :

Monsieur Bachar El Assad ne mériterait pas d'être sur la Terre parce que c'est une opération de destruction d'un peuple qu'il est en train d'accomplir.

Autre sujet clé,le nucléaire iranien. Il s'était précipité à Genève pour empêcher un premier accord préparé en secret par les Américains et les Iraniens. Au final, l'accord signé un an plus tard sous l'oeil scrupuleux de Paris est salué par les experts. Au ministère, certains dénoncent sa dureté, la purge de diplomates en charge du Sahel au début de la guerre au Mali. D'autres soulignent la capacité de travail de cet adepte des micro-siestes.

Converti sur le tard aux enjeux climatiques , il aura été l'insatiable architecte de la COP21, son grand œuvre diplomatique. L'accord reste malgré tout en deçà des enjeux.

Le bilan carbone du chef de la diplomatie fait frissonner. Avec plus d'un millions de kilomètres au compteur, Laurent Fabius a bouclé l'équivalent de 30 tours du monde en quatre ans.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.