[scald=23009:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Eva Joly, candidate écologiste à l'élection présidentielle de 2012, a fait l'unanimité contre elle, droite et gauche confondue, en proposant la suppression du traditionnel défilé militaire du 14 juillet.

L'ancienne juge d'instruction s'est élevée jeudi contre une "France guerrière" et a souhaité le remplacement de cette parade militaire sur les Champs-Elysées, à Paris, par un "défilé citoyen", avec des écoliers, des étudiants et des seniors.

Le conseiller spécial du président Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a jugé vendredi cette proposition "pathétique".

"Dire ce qu'elle a dit c'est pour moi, profondément, une insulte à tous ceux qui depuis des siècles meurent pour ce pays, pour ses valeurs, pour sa liberté", a-t-il déclaré sur Europe 1.

"Elle rêve, comme beaucoup d'ailleurs de militants de son parti, de ce monde aseptisé et sans guerre dans lequel on a totalement occulté la dimension tragique de l'histoire. Je pense que c'est parfaitement irresponsable", a-t-il ajouté.

Henri Guaino a également imputé les propos d'Eva Joly, qui est d'origine norvégienne, a "une part d'incompréhension de ce qu'est la France".

Sur RMC, le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a qualifié de "choquante" la proposition d'Eva Joly.

Le député UMP Guy Teissier, président de la Commission de la Défense à l'Assemblée nationale, a taxé la candidate écologiste d'"anti-France". Il l'a accusé sur France Info de vouloir une "société sans mémoire" et de faire preuve de "naïveté absurde".

Il a souhaité à Eva Joly le sort des deux journalistes de France Télévisions libérés récemment après 18 mois de captivité en Afghanistan, afin qu'elle "trouve quelques vertus" aux soldats français et "à des défilés, fussent-ils guerriers".

"Je suis consterné d'entendre de telles déclarations, qui me rappellent les années d'avant la dernière guerre mondiale, où les pacifistes et les anti-militaristes nous ont amenés à cette triste défaite de 1940", a-t-il ajouté.

LE PEN CONTESTE LA LÉGITIMITÉ DE JOLY

A gauche, l'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius a déclaré sur Europe 1 être "attaché au défilé du 14 juillet, qui est une façon de montrer que l'armée française est une armée citoyenne".

"On peut évidemment voir telle ou telle modification", a dit ce proche de Martine Aubry, candidate à la primaire socialiste pour l'élection présidentielle de 2012.

"Mais montrer que nous avons besoin d'une défense nationale et que nos militaires agissent pour nous et sont des militaires au service de la patrie, c'est une chose utile", a-t-il ajouté.

La présidente de la région Poitou-Charentes, Ségolène Royal, autre candidate à la primaire socialiste, a pour sa part déclaré sur France Info qu'elle maintiendrait le défilé militaire du 14 juillet si elle était élue à la présidence de la République.

"Il me semble normal, au moins une journée par an, que l'on puisse rendre hommage à nos forces armées", a-t-elle dit.

La réaction la plus violente est venue de la dirigeante d'extrême droite Marine Le Pen, qui a jugé "absolument consternants" les propos de l'ancienne juge d'instruction.

"Ça démontre que Mme Joly ne comprend absolument rien aux liens extrêmement profonds qui existent entre le peuple français et son armée", a dit la présidente du Front national sur RTL.

"Je ne crois pas qu'il soit légitime de se présenter à la présidence de la République quand on est devenu français tardivement et quand encore il y a quelques mois on était aux côtés du gouvernement norvégien pour lui apporter des conseils", a-t-elle ajouté.

L'ancienne juge d'instruction Eva Joly, née à Oslo en 1943, a remporté la primaire organisée par Europe Ecologie-Les Verts et sera la première personnalité étrangère naturalisée à se présenter à une élection présidentielle française.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.