Après avoir affirmé jeudi que les subventions ne baisseraient "pas d'un euro" la secrétaire d'Etat à l'Egalité hommes-femmes a vu une annulation de 25% de son budget au JO vendredi

Marlène Schiappa nie toujours la baisse de 25%
Marlène Schiappa nie toujours la baisse de 25% © AFP / Martin BUREAU

Depuis une semaine les associations prenant en charge la prévention des violences sexuelles et sexistes et l'accompagnement des victimes ne cessent de dénoncer une baisse prévue du budget des droits des femmes de 25%. Et depuis une semaine Marlène Schiappa ne cesse de répondre à ces inquiétudes qu’elles sont infondées et même que la baisse du budget de 25% est une "fake news".

Jeudi, lors d'une audition au Sénat, la secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes a affirmé que bien que son budget soit "en cours d'arbitrage", elle pouvait affirmer que les subventions en direction des associations ne baisseraient "pas d'un euro".

Tous les chiffres qui circulent sont soit des faux, soit ils sortent de notes internes qui n'ont pas été validées. Les subventions en direction des associations ne baissent pas d'un euro, elles sont maintenues

Une ministre qui expliquait aux médias que les baisses demandées à tous les ministères devaient, dans son cas, concerneraient majoritairement les frais de fonctionnement du ministère, les notes de frais ou le recours à des prestataires.

La politique de protection des femmes contre les violences sexistes, baptisée "programme 137" dans le budget, avait bénéficié en 2016 de 28 millions d'euros. Près de 30 millions avaient été demandés pour 2017.

Ce vendredi, le décret paru au Journal officiel, acte l'annulation de crédits à hauteur de 7,5 millions d'euros au titre du "programme 137", soit environ 25% de son budget.

Une information qui tombe très mal après les garanties données par Marlène Schiappa au Sénat et qui fait réagir les associations et l’opposition, comme le député PS Luc Carviounas. II assistait à l'audition de la ministre jeudi à l'Assemblée et se demande si elle ne leur a pas menti

La ministre soit vient d'être désavouée, soit elle a menti à la représentation nationale

Des représentants de plusieurs associations de défense des droits des femmes se sont rassemblés vendredi après-midi devant Bercy pour demander au gouvernement de "rétablir le budget des Droits des femmes".

Selon la promesse de campagne d'Emmanuel Macron, l'égalité entre les femmes et les hommes a été décrétée grande cause nationale du quinquennat.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.