Jean-Marc Ayrault a derrière lui la moitié du groupe socialiste, les députés écologistes et les Radicaux de Gauche
Jean-Marc Ayrault a derrière lui la moitié du groupe socialiste, les députés écologistes et les Radicaux de Gauche © MaxPPP

L'ancien Premier ministre est parvenu à faire voter son amendement sur la réforme fiscale, permettant un rapprochement de la CSG et de l'impôt sur le revenu. Le gouvernement y était opposé. Au final, l'amendement a été adopté par 35 voix contre 21.

Avant le vote, Jean-Marc Ayrault avait défendu devant les députés son amendement qu'il estime être "un signal de justice". "Cette mesure mérite d'être débattue, et je pense que si elle était votée, ce serait un signal en direction des catégories populaires ", a assuré l'ancien chef du gouvernement. Au total, 190 députés de la majorité soutenaient la mesure.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | Les enjeux du débat sur l'amendement Ayrault

L'amendemande prévoit de remplacer une partie de la prime d'activité par une baisse de la CSG. Elle deviendrait progressive en fonction du revenu, et la mesure permettrait d'alléger le poids de l'impôt sur les salariés touchant jusqu'à 1,34 fois le Smic. L'idée serait d'aller petit à petit vers un "impôt citoyen sur le revenu".

Jean-Marc Ayrault promet ainsi "environ 100 euros de plus par mois sur la feuille de paie des salariés concernés" au 1er janvier 2017.

Côté gouvernement, on était loin d'être aussi enthousiaste. Malgré les efforts de Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault pour donner l'impression d'un consensus sur le sujet, une source proche du dossier assure que la réunion de travail à Matignon s'est très mal passée , et plusieurs ministres présents se sont opposés fermement à l'amendement. C'est finalement le gouvernement précédent qui aura eu le dernier mot dans l'hémicycle, au détriment de l'actuel.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.