[scald=79221:sdl_editor_representation]DAKAR (Reuters) - Le chanteur sénégalais Youssou N'Dour sera candidat à l'élection présidentielle du 26 février face au chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade et à une dizaine d'autres prétendants.

"Depuis très longtemps, des hommes et des femmes me manifestent leur confiance. Debout, ils rêvent d'un nouveau Sénégal. Ils ont, par divers moyens, appelé ma candidature à la présidentielle de février prochain. J'ai écouté. J'ai entendu. Je réponds favorablement à leur requête (...) Je suis candidat", a déclaré Youssou N'Dour lundi soir sur les ondes de la radio et de la télévision TFM (Télévision Futurs Medias), qui lui appartiennent.

Youssou N'Dour jouit d'une très forte popularité au Sénégal où il a largement contribué à faire connaître au grand public le 'mbalax', genre musical dansant et rythmé.

Il est aussi l'un des musiciens africains les plus connus sur la scène internationale, notamment grâce au succès mondial de sa chanson "Seven Seconds" en duo avec Neneh Cherry il y a près de vingt ans.

Il reste à voir si sa popularité se transformera en bulletins dans les urnes le 26 février.

Le chanteur, qui dirige plusieurs sociétés, dénonce depuis longtemps les dépenses selon lui astronomiques de l'Etat dirigé depuis onze ans par Adboulaye Wade, dans un pays où le revenu moyen par habitant atteint trois dollars par jour.

"C'est vrai, je n'ai pas fait d'études supérieures, mais la présidence est une fonction et non un métier", a encore déclaré Youssou N'Dour. "J'ai fait preuve de compétence, d'engagement, de rigueur et d'efficience à maintes reprises. A l'école du monde, j'ai appris, j'ai beaucoup appris. Le voyage instruit autant que les livres."

Abdoulaye Wade, qui a 85 ans, a été désigné comme le candidat du parti au pouvoir, le PDS (Parti démocratique sénégalais), à la fin décembre.

L'opposition dénonce la volonté du président de briguer un troisième mandat en soulignant que le chef de l'Etat a déjà effectué le maximum de deux mandats consécutifs autorisés par la Constitution révisée de 2001. Wade fait valoir que son premier mandat a été entamé en 2000, avant la révision de la loi fondamentale.

Diadie Ba, Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.