Présidé par un ancien de France Inter, Jean-Claude Ameisen, le nouveau Comité consultatif national d'éthique (CCNE) pourrait adopter des positions plus progressisites que par le passé. Revue des nouveaux effectifs.

L'Institution doit prochainement se prononcer sur la fin de vie, le don du sang par les homosexuels ou l'ouverture de la procréation médicalement assistée aux couples de femmes. Le renouvellement de ses membres, le premier depuis un peu plus d'un an, ressemble à un changement de cap.

ECOUTER : > Les précisions de Laëtitia Saavedra

Qu'est ce qui change ?

Jean-Claude Ameisen
Jean-Claude Ameisen © ©Thomas Padilla/MAXPPP / ©Thomas Padilla/MAXPPP

Les religieux ne partciperont plus au comité d'éthique. Les nouveaux représentants des "familles philosophiques et spirituelles" sont désormais des laïcs. Un pasteur sera notamment remplacé par l'historienne spécialiste de la Réforme protestants Marianne Carbonnier -Burkard.

Par mi les autres membres figurent désormais, le contrôleur général des lieux de privation de liberté Jean-Marie Delarue, Michelle Meunier, éducatrice de jeunes enfants et sénatrice PS de Loire-Atlantique, Lionel Naccache, chercheur en neurosciences cognitives, spécialiste de la conscience, Cynthia Fleury, philosophe, Frédéric Worms, directeur du Centre International d'Etude de la Philosophie Française Contemporaine ou encore François Ansermet, psychanalyste, professeur de pédopsychiatrie, spécialisé dans les questions prénatales, obstétriques et de reproduction.

Le Comité est composé d'un président, le Pr. Jean-Claude Ameisen, nommé par le président de la République en novembre 2012 pour une période de deux ans renouvelable, et de 39 membres nommés pour 4 ans, renouvelés par moitié tous les deux ans.

Le CCNE au coeur des décisions politiques

Oublié par Nicolas Sarkozy, le CCNE est remis au centre du débat politique. François Hollande l'a sollicté sur la fin de vie le 1er juillet dernier, il doit rendre un avis sur l'ouverture de l'assistance médicale à la procréation (AMP) aux couples de femmes.

Sur la légalisation de l'assistance au suicide ou de l'euthanasie, le CCNE est appau divisé. Son président, Jean-Claude Ameisen s'est déclaré favorable à un débat public.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.