[scald=68377:sdl_editor_representation]GORLEBEN, Allemagne (Reuters) - Un convoi ferroviaire de déchets radioactifs a atteint lundi sa destination finale, le terminal de Dannenberg dans le nord de l'Allemagne, après avoir été ralenti pendant une durée record de près de cinq jours par les militants antinucléaire.

Les déchets, issus du retraitement à La Hague, dans le Cotentin, des combustibles usés des centrales nucléaires allemandes, devaient encore être transbordés sur des camions pour parcourir par la route la vingtaine de kilomètres menant au site de Gorleben, une ancienne mine de sel reconvertie.

La police allemande a toutefois indiqué que 800 manifestants bloquaient l'accès au village devenu en Allemagne le symbole des antinucléaire.

Samedi, une manifestation a rassemblé 25.000 participants à Dannenberg, selon les organisateurs.

Autour de 450 agriculteurs y ont également participé, avec leurs tracteurs. La police, elle, a parlé d'un total de 8.000 manifestants.

Une délégation japonaise, venue de Fukushima, la préfecture durement touchée par une catastrophe nucléaire en mars dernier, a participé à cette manifestation. Nombre de contestataires agitaient des drapeaux jaunes avec un soleil rouge, barrés du slogan: "Atomkraft? Nein danke" ("Energie atomique? Non merci").

Le train de 11 wagons chargés de 14 tonnes de déchets vitrifiés était parti mercredi à 16h00 (1(h00 GMT) de Valognes, dans la Manche.

Le convoi était le dernier de 12 prévus par contrat.

Selon le groupe nucléaire Areva, les conteneurs Castor sont conformes aux normes de sûreté de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).

Axel Hildebrand; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Mots-clés :

Derniers articles

Économie

Auto-entrepreneur : un régime en constante mutation

jeudi 29 septembre 2016
Monde

Obama : le bilan mitigé d'un Nobel de la paix

jeudi 29 septembre 2016
Société

L'ANRU risque-t-elle la panne ?

jeudi 29 septembre 2016
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.