[scald=204985:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - L'Elysée et les services du Premier ministre ont démenti jeudi des informations d'Europe 1 selon lesquelles le président François Hollande avait décidé d'"enterrer" l'idée d'une tranche de l'impôt à 75% au-delà d'un million d'euros de revenus.

"Bien sûr, on dément", a-t-on déclaré dans l'entourage de François Hollande.

"Nous démentons formellement", a renchéri l'entourage de Jean-Marc Ayrault. "Le nouveau projet devrait être présenté prochainement."

Le Conseil constitutionnel a censuré le 30 décembre une première mouture de cette promesse électorale du président français en invoquant un défaut de conception, lié au fait que cette surtaxe frappait les personnes physiques et non les foyers fiscaux.

"Deux foyers fiscaux bénéficiant du même niveau de revenu issu de l'activité professionnelle pouvaient se voir assujettis (...) ou au contraire en être exonérés selon la répartition des revenus entre les contribuables composant ce foyer", a expliqué le Conseil pour justifier sa décision.

François Hollande a déclaré le 7 janvier qu'il tiendrait compte de la décision des "Sages" mais que le gouvernement présenterait "le moment venu" au gouvernement un dispositif reprenant le même objectif, "sous d'autres modalités".

Le 6 janvier, sur Europe 1, le ministre du Budget Jérôme Cahuzac avait expliqué que le seuil d'imposition pourrait être abaissé: "Ça peut faire partie des paramètres", avait-il dit.

Selon la radio, le chef de l'Etat et le gouvernement auraient en fait décidé de renvoyer sine die la mise en oeuvre d'une promesse emblématique mais mal perçue par les investisseurs.

Julien Ponthus, édité par Emmanuel Jarry

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.