INFORMATION FRANCE INTER - Les réunions s'enchaînent au sein du groupe UDI, Agir et Indépendants. À la veille du discours de politique générale du Premier ministre, les 9 députés AGIR - La Droite constructive s'apprêtent à voter la confiance à Édouard Philippe, alors que les 16 députés UDI la lui refuseront.

Le groupe UDI, Agir et indépendants avait été lancé en juin 2017 autour de, notamment, Jean-Christophe Lagarde, Thierry Solère et Franck Riester.
Le groupe UDI, Agir et indépendants avait été lancé en juin 2017 autour de, notamment, Jean-Christophe Lagarde, Thierry Solère et Franck Riester. © AFP / MARTIN BUREAU

La scission du groupe parlementaire UDI, Agir et Indépendants est imminente. Comment rester ensemble... quand la moitié des députés veut afficher son soutien à la politique du Gouvernement et que l'autre veut s'y opposer ? Depuis le début, la cohabitation entre les membres de l'UDI et ceux d'Agir est difficile. Elle semble aujourd'hui être devenue impossible : les députés AGIR - La Droite constructive veulent voter la confiance à Édouard Philippe, ce mercredi, à l'issue du discours de politique générale du Premier ministre, alors que les députés UDI veulent la lui refuser.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Il nous reste au moins six députés à trouver !"

Le problème pour Agir - La Droite constructive, c'est de continuer à avoir un groupe à l'Assemblée, c'est-à-dire compter au moins 15 députés. Parce qu'il n'est pas question pour les troupes du ministre Franck Riester, qui viennent de la droite, de frapper à la porte de La République en Marche. Et il n'est pas question non plus de ne plus exister dans l'hémicycle, en passant non-inscrits... L'équation est simple : "Il nous reste au moins six députés à trouver pour constituer un groupe à nous", résume le maire de Vesoul, Alain Chrétien, membre du mouvement Agir.

Risque d'hémorragie dans le groupe ? 

Le groupe qui compte pour l'instant 35 députés, pourrait même voler en éclat. Certains de ses membres sont déjà sur le départ. L'élue des Hauts-de-Seine, Frédérique Dumas, doit annoncer ce mardi midi son départ pour rejoindre le groupe "Libertés et Territoires" à l'Assemblée nationale, présidé par Philippe Vigier. 

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.