En visite à l'hôpital de Melun pour assister à des injections du produit d'AstraZeneca, le ministre de la Santé a lui-même reçu la première dose du vaccin britannique. Olivier Véran est le premier membre du gouvernement à se faire vacciner.

Le ministre Olivier Véran à l'hôpital de Melun, ce lundi 8 février
Le ministre Olivier Véran à l'hôpital de Melun, ce lundi 8 février © AFP / Thomas Samson

Une piqûre pour l'exemple. En déplacement à l'hôpital de Melun (Seine-et-Marne), Olivier Véran a reçu ce lundi 8 février, devant les caméras de télévision, la première dose du vaccin d'AstraZeneca, dont les injections ont démarré samedi en France. "Je n'ai rien senti !", a lancé le ministre de la Santé à l'infirmière lui ayant inoculé le produit. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il a affirmé qu'il reviendrait au centre hospitalier de Melun dans neuf à douze semaines, pour recevoir sa deuxième injection. 

Fin décembre, Olivier Véran, âgé de 40 ans et neurologue de formation, s'était dit "impatient" de recevoir la fameuse injection, tout en déclarant ne pas souhaiter prendre la place de "quelqu'un plus prioritaire".

"Une bonne nouvelle pour protéger tous ceux qui nous soignent"

Troisième vaccin anti-Covid autorisé dans l'Hexagone après ceux de Pfizer et Moderna, le produit d'AstraZeneca doit permettre de vacciner la totalité des soignants, ainsi que les pompiers et aides à domicile. Pour Olivier Véran, ce vaccin est donc "une bonne nouvelle pour protéger tous ceux qui nous soignent, à l'hôpital mais aussi en ville".

Néanmoins, son utilisation est limitée aux moins de 65 ans, la Haute Autorité de Santé estimant qu'il manque des données pour les patients plus âgés. Le vaccin britannique est d'ailleurs à l'ordre du jour d'une réunion des experts en immunisation de l'OMS, ce lundi.

En outre, les résultats préliminaires d'un essai clinique constatent une efficacité réduite face au variant sud-africain. Le déploiement du vaccin d'AstraZeneca donc été suspendu dimanche 7 février en Afrique du Sud, où cette souche du virus est devenu majoritaire. 

Néanmoins, pour ce qui concerne la France, il "permet de protéger contre la quasi-totalité des virus en circulation", a souligné Olivier Véran, qui a précisé que 270 000 doses étaient déjà arrivées sur le territoire hexagonal, et que 300 000 autres étaient attendues dans les deux jours. 

Et les autres membres du gouvernement ?

Parmi les ministres et en tant que médecin de formation, Olivier Véran est le premier à se faire vacciner contre la Covid-19. Si l'équipe gouvernementale compte plusieurs septuagénaires (dont Jean-Yves Le Drian, Roselyne Bachelot ou encore Jacqueline Gourault), aucun n'a plus de 75 ans, âge fixé comme condition pour prétendre actuellement à la vaccination si l'on n'est pas soignant, pompier ou aide à domicile.

En tant que médecin et âgée de 64 ans, la ministre Geneviève Darrieussecq pourrait, tout comme Olivier Véran, prétendre à la vaccination. Mais selon nos informations, elle explique préférer réserver les doses aux anciens combattants dont elle a la charge.