La loi sur le non-cumul des mandats entre en vigueur lundi prochain. Plusieurs centaines de députés fraîchement élus ou réélus vont devoir renoncer à un de leurs mandats.

Ceux qui choisissent de rester maires ne pourront plus siéger au Palais Bourbon
Ceux qui choisissent de rester maires ne pourront plus siéger au Palais Bourbon © AFP / Ludovic Marin

Parmi les facettes du "renouvellement" attendu, la nouvelle Assemblée nationale enterre une figure pourtant bien implantée dans la vie politique française : celle du député-maire. Avec l'entrée en vigueur, lundi prochain, de la loi sur le non-cumul des mandats, il devient impossible pour les parlementaires d'exercer un mandat exécutif local (maire ou adjoint, président ou vice-président de région, de département ou d'intercommunalité).

135 députés-maires

Selon Les Décodeurs du Monde, il y a 327 parlementaires qui disposent déjà d'un autre mandat, dont 223 vont devoir en abandonner (les simples conseillers municipaux, communautaires, départementaux ou régionaux ne sont pas concernés), et notamment 135 députés-maires. A compter de leur élection, ils avaient un mois pour choisir entre l'Assemblée et leur collectivité locale, faute de quoi, c'est le mandat le plus récent, c'est-à-dire celui de député, qui prévaudra.

Un renouvellement sur le papier (on imagine mal un député fraîchement réélu renoncer à l'hémicycle), mais les derniers cumulards ne semblent pas décidés à jouer totalement la carte du mandat unique. Pour les derniers députés-maires, le choix est simple : quitter totalement la mairie ou redevenir conseillers municipaux. La plupart devraient cocher la deuxième case. C'est le cas notamment de Nicolas Dupont-Aignan. Réélu sur le fil à l'Assemblée, il gardera un pied et son influence à la mairie de Yerres dans l'Essonne.

Plusieurs ténors ont préféré rester maires

Plus au sud, le député-maire d'Orange Jacques Bompard a trouvé une combine tortueuse : cité par La Provence, l'élu d'extrême droite compte démissionner de son siège de maire... puis se faire réélire par le conseil municipal, et continuer à agir à l'Assemblée par le biais de sa suppléante. Dans l'ensemble malgré tout, l'Assemblée a changé de visage : frappés par le non cumul, plusieurs ténors avaient d'ores et déjà renoncé à se représenter.

Prochaine étape : le Sénat qui sera renouvelé pour moitié en septembre. Plusieurs cumulards feront à cette occasion leurs adieux au Palais du Luxembourg. Dont Jean-Claude Gaudin, qui compte 122 ans de mandats cumulés. En attendant le non-cumul dans le temps compris dans la loi de moralisation de la vie publique, il continuera sa carrière politique dans sa ville de Marseille.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.