La situation est particulièrement préoccupante en Île-de-France, "des dizaines, voire des centaines" de patients seront bientôt transférés et le "seuil critique" se rapproche pour la réanimation : pourtant Emmanuel Macron ne veut pas reconfiner et cherche encore à gagner du temps.

Doit-on transférer des malades pour tenter d’échapper au reconfinement de l'Île de France ? C'est à cette question que le Président devra répondre dimanche
Doit-on transférer des malades pour tenter d’échapper au reconfinement de l'Île de France ? C'est à cette question que le Président devra répondre dimanche © Maxppp / Pool / Benoît Tessier

La situation est de plus en plus tendue en Île-de-France. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a reconnu jeudi soir qu’il allait falloir transférer "des dizaines, voire des centaines" de patients en réanimation dans d’autres régions moins touchées. Une opération très lourde, très coûteuse, pour tenter, une fois de plus, d’échapper au reconfinement de la région. Mais cette hypothèse refait surface : la situation sera à nouveau analysée ce dimanche par l’exécutif. 

Impossible d’attendre mercredi prochain et le traditionnel Conseil de défense sanitaire pour étudier, à nouveau, la situation en Île-de-France, assure un conseiller d'Emmanuel Macron :  

"Nous ferons un point dimanche et le seul critère, ce sera : peut-on encore empêcher de trier les patients en réanimation ?"

Pourra-t-on vacciner assez vite pour inverser la courbe ?

D’ici là, les transferts vers d’autres régions vont commencer, "il pourrait y en avoir 300 à 400", précise un proche du Président. Ce serait un record, une logistique exceptionnelle, car une fois de plus, Emmanuel Macron veut gagner du temps, "celui de la vaccination", "4 à 5 semaines un peu compliquées", entend-t-on à l’Élysée.

En 2020, des patients Covid ont été transférés d'une région à l'autre par train. Ici, de Strasbourg et Colmar vers la Nouvelle Aquitaine
En 2020, des patients Covid ont été transférés d'une région à l'autre par train. Ici, de Strasbourg et Colmar vers la Nouvelle Aquitaine © AFP / Laurent Perpigna Iban / Hans Lucas / Hans Lucas

"Reconfiner l’Île-de-France, c’est très lourd", plaide un ministre : le cœur de la machine économique, la zone la plus dense avec ses logements exigus. Une partie des Français y verrait forcément l’échec du Président, un pari perdu. Au ministère de la Santé, certains plaident déjà pour une mise sous cloche, au moins le week-end. Le Conseil scientifique serait sur la même ligne. 

Mais à l’Élysée comme à Matignon, on veut encore se donner quelques jours pour comprendre le phénomène : des réanimations en hausse mais des contaminations stables, et éviter, qu’à nouveau, le printemps rime avec confinement.