[scald=98539:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Le Parlement français a adopté définitivement dans la nuit de mercredi à jeudi une proposition de loi UMP controversée dont l'objet est d'encadrer le droit de grève dans les transports aériens pour éviter que les passagers soient bloqués dans les aéroports.

Les députés ont procédé mercredi à la lecture définitive de cette proposition de loi du député UMP Eric Diard soutenue par l'exécutif et notamment Nicolas Sarkozy.

Les groupes UMP et du Nouveau centre (NC) ont voté ce texte vivement critiqué par l'opposition de gauche et les syndicats des personnels des transports aériens qui le considèrent comme "une nouvelle attaque contre le droit de grève".

Une accusation rejetée par la majorité de droite et l'exécutif. "L'objet de ce texte n'est en rien de mettre obstacle à l'exercice du droit de grève", affirme Eric Diard.

Le groupe socialiste de l'Assemblée a annoncé qu'il allait saisir le Conseil constitutionnel.

Le texte prévoit la mise en place d'un dialogue social préventif à l'exercice du droit de grève et l'obligation pour chaque salarié de signer une déclaration individuelle et confidentielle de participation à une grève 48 heures à l'avance.

Il étend au transport aérien un dispositif mis en place en 2007 dans les transports terrestres, notamment à la SNCF, qui prévoit que les passagers devront disposer d'informations fiables sur leur vol 24 heures à l'avance.

Le texte permet également à une compagnie aérienne de réaffecter son personnel non gréviste en cas de grève afin de limiter les nuisances dans le trafic.

Mais Air France a conclu un accord avec le principal syndicat de pilotes, le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), qui empêche la compagnie de réquisitionner les pilotes non grévistes en cas de conflit social.

Eric Diard a affirmé mercredi dans un communiqué que cet accord "ne remet absolument pas en cause les dispositions de cette loi" et qu'elle "constituera donc une avancée significative en terme d'information des passagers et d'organisation du trafic aérien".

Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.