Dans une projection de la répartition des sièges publiée ce lundi par le Parlement européen, l'assemblée européenne apparaît largement divisée mais sans bouleversement, sans vainqueur clair, et avec une montée limitée des groupes les plus à droite de l'échiquier politique.

L'hémicycle européen ne s'annonce pas particulièrement bouleversé par les premières estimations
L'hémicycle européen ne s'annonce pas particulièrement bouleversé par les premières estimations © AFP / Frédérick Florin

Si l'on en croit les premières estimations, le Parlement européen ne devrait pas vivre le même chambardement que son homologue français en 2017. Cette première étude (l'institution va en publier une toutes les deux semaines jusqu'au scrutin du 26 mai) montre avant tout un statu quo global : l'équilibre entre groupes de gauche et de droite reste sensiblement identique (à quelques sièges près), et personne ne semble vraiment tirer son épingle du jeu.

Seule inconnue : les choix que feront les élus qui ne sont pour l'instant affiliés à aucun groupe. Les prévisions estiment qu'ils seront 58 nouveaux entrants à devoir "choisir leur camp" une fois élus (en gris clair sur le graphique). Difficile pour l'instant de savoir de quel côté de l'échiquier ils pencheront (s'ils ne rejoignent pas carrément les députés européens non-affiliés), mais une vingtaine de ces futurs élus potentiels sont des candidats LREM.

Le Brexit change peu les couleurs du Parlement

Ce relatif équilibre entre des groupes divers est d'autant plus surprenant que le Parlement européen vit un changement de taille, avec le départ des députés européens du Royaume-Uni, Brexit oblige. Une cinquantaine de sièges disparaissent purement et simplement de l'hémicycle (705 contre 751 actuellement), les 27 sièges britanniques restants étant répartis entre les autres États-membres.

L'enquête publiée par le Parlement européen a été élaborée à partir des données d'instituts de sondage nationaux dans les États membres, rassemblées et analysées par Kantar Public, groupe spécialisé dans les études marketing.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.