Pierre Laurent
Pierre Laurent © MaxPPP / Franz Chavaroche

Il ouvre son congrès ce jeudi à Aubervilliers, pour développer notamment un programme détaillé pour 2017, faire le point sur les différentes formations de gauche et décider de réformes internes. Les responsables ne veulent pas oublier qu'en 2017, il y a deux scrutins.

La présidentielle en avril et en mai ne doit pas reléguer les législatives un mois plus tard. Et pour les communistes c'est une question de principe : "Il faut en finir avec la marginalisation des législatives pour lutter contre la présidentialisation" , explique Pierre Laurent. Question de survie aussi : après des municipales, départementales et régionales difficiles, le PCF doit conserver des députés et un groupe qui offrent de la visibilité, des moyens humains et financiers.

Concurrence directe entre gauches

Il présentera ou soutiendra donc des candidats dans toutes les circonscriptions. Pour la présidentielle, c'est plus compliqué : les communistes se donnent jusqu'à l'automne pour rédiger un programme axé sur la réforme des institutions, la réorientation de l'Europe et la réduction du temps de travail.

Le mode de désignation du candidat reste à définir et toute la gauche de la gauche (y compris Jean-Luc Mélenchon et les Verts) est invitée à participer... Mais Jean-Luc Mélenchon est beaucoup plus pressé : candidat depuis trois mois et demi, il organise un grand meeting à Paris place Stalingrad dimanche... Le jour du discours de clôture de Pierre Laurent. "Une démarche inélégante et délibérée" estime ce dernier. La présidentielle, certains l'ont déjà en tête...

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.