la réserve et la barbe des ex-otages gênent marine le pen
la réserve et la barbe des ex-otages gênent marine le pen © reuters

Le Pen : "mon objectif n'était pas de créer une polémique." Et pourtant, le mal est fait : Marine Le Pen s'est déclarée jeudi gênée par la barbe et la réserve dont ont fait preuve les quatre ex-otages français à leur retour en France après plus de trois ans de captivité au Sahel.

Thierry Dol, Daniel Larribe, Pierre Legrand et Marc Féret, qui avaient été enlevés en 2010 à Arlit au Niger, sont revenus mercredi en France, où ils ont retrouvé leurs familles. La présidente du Front national a alors commenté ce retour :

Ces images m'ont laissée dubitative, j'ai trouvé cette extrême réserve étonnante, leur habillement étonnant, j'ai ressenti un malaise en voyant ces images, je pense que je n'ai pas été la seule. On avait l'impression d'avoir des images d'hommes qui étaient très réservés, c'est le moins qu'on puisse dire. Les deux qui portaient la barbe taillée d'une manière qui était assez étonnante, l'habillement était étrange. Cet otage avec le chèche sur le visage, tout ça mérite peut être quelques explications de leur part

Priée de dire si elle sous-entendait que les otages s'étaient islamisés, elle a répondu : "Je ne suis pas dans l'allusion, je vous exprime le sentiment que j'ai eu, je n'irais pas jusqu'à aller faire des théories, je crois que je ne serais pas dans mon rôle".

En marge d'une visite au salon du chocolat Porte de Versailles à Paris, Marine le Pen a tempéré ses propos.

On peut se poser des questions qui étaient pour nous profanes [...] je ne suis pas spécialiste des problèmatiques psychologiques des détentions [...] C'est moi qui ait dû être maladroite.

Ces propos ont suscité l'indignation du Parti socialiste dont le porte-parole Eduardo Rihan Cypel a fustigé une "polémique révoltante et insupportable" :

Est-ce qu'il faut quand même rappeler que nos quatre compatriotes étaient sous la menace de mort depuis trois ans, chaque jour, et qu'aujourd'hui ils passent de menaces de mort systématiques (...) à la liberté? On a le sentiment que Mme Le Pen est tellement aveuglée par sa haine des musulmans qu'elle n'arrive pas à partager la joie de toute la Nation après la libération de nos otages. Je crois qu'il faudrait avoir de la décence. On ne peut pas tenir de tels propos politiciens, polémiques, révoltants lorsqu'on a quatre de nos compatriotes qui sont libérés de la coupe de terroristes

Et si les otages eux-mêmes ne s'expriment pas directement, leurs familles ont fait part de leur indignation.

Ecoutez ainsi Frédéric Cauhapé, beau-frère de Marc Féret

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.