Emmanuel Macron avait prévu de le présenter à la mi-juillet. Pour des questions de calendrier et de Coupe du monde de football, l’Elysée préfère attendre la rentrée.

Emmanuel Macron dans une école de Gennevilliers, en octobre, pour esquisser des moyens d’action contre les effets de la pauvreté chez les plus jeunes. Un marqueur pour le Président de la République.
Emmanuel Macron dans une école de Gennevilliers, en octobre, pour esquisser des moyens d’action contre les effets de la pauvreté chez les plus jeunes. Un marqueur pour le Président de la République. © AFP / Michel Euler

Emmanuel Macron préfère attendre la fin de l’été et la rentrée de septembre pour présenter le plan pauvreté. Principalement pour une question de calendrier, précise l'Élysée :

L'annonce se fera mieux qu'entre deux matchs de l'équipe de France.

En effet, potentiellement, les Bleus pourraient disputer leur demi-finale de Coupe du monde en Russie, mardi prochain. Jour prévu initialement pour la présentation du plan.

Imaginez, un tel plan présenté en même temps qu'un tel événement… Le chef de l’Etat ne voulait pas prendre le risque qu’il passe inaperçu. Or, Emmanuel Macron veut que ce soit un marqueur de sa politique, à un moment où il décroche dans les sondages.

Le dialogue continue

Son entourage lui a conseillé de se consacrer à ce sujet "en un temps où les Français seraient plus réceptifs". L'Elysée précise que le chef de l'Etat va continuer à travailler avec les associations. Un déjeuner de travail avec elles pourrait être calé à la place mardi. 

Ce report peut surprendre tant le plan anti-pauvreté est attendu. "Mais il faut parler à un moment où l'opinion comprendra les enjeux du problème et l'action que compte déployer le président de la République", glisse un de ses conseillers.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.